M. Amara: "La restructuration du système minier traditionnel est aujourd’hui une nécessité"

La restructuration du système minier traditionnel constitue aujourd’hui une nécessité après les difficultés et les dysfonctionnements qui ont freiné son développement durant les dernières années, a affirmé le ministre de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement, Abdelkader Amara. Dans une allocution lue en son nom, jeudi à Bouarfa, par le secrétaire général du département, Abderrahim El Hafidi, à l’occasion de la tenue du Conseil d’administration de la Centrale d'achat et de développement de la région minière de Tafilalet et de Figuig (CADETAF), le ministre a mis l’accent sur la nécessité de restructurer l’activité minière dans cette région en vue de rattraper le manque constaté, et d’adhérer à la nouvelle vision adoptée par le ministère visant à améliorer l’attractivité du secteur et ouvrir la voie devant les investisseurs privés. Le ministre a souligné l'impossibilité de poursuivre les activités minières traditionnelles eu égard à l’épuisement des ressources de surface faciles à exploiter, et l’existence de ressources minières sur une profondeur importante dont l’évaluation et l’extraction nécessitent des moyens modernes dépassant les capacités financières et techniques des exploitants traditionnels, a noté le ministre, faisant observer que la région a accumulé beaucoup de retard en matière d’exploration en raison de la restriction imposée par le Dahir de 1960 vis-à-vis des acteurs privés. Les contraintes qui entravent le développement de ce secteur dans la région de Tafilelt - Figuig se résument notamment dans l’exercice de cette activité dans un cadre législatif ambigu, la vente de certaines quantités du produit miniers sans passer par la CADETAF ce qui affecte ses recettes, l’état de stagnation que connaissent les autorisations, outre les spéculations et les intermédiations.

De même, souligne le ministre, les potentialités géologiques de la région restent méconnues malgré la présence de plusieurs indicateurs prometteurs alors que certains emplacements sont surexploités, déplorant les mauvaises conditions de travail qui affectent la santé, la sécurité et la préservation de l’environnement , outre certains dysfonctionnements relatifs à l’aspect social et aux missions de la centrale. Le ministre a, par ailleurs, relevé le rôle important du secteur minier au Maroc, signalant qu’en vue de créer une nouvelle dynamique dans ce secteur il a été procédé à la mise en place d’une stratégie de développement qui sera traduite en projets concrets dans le cadre d’un programme contractuel avec les professionnels et les départements concernés.

Cette stratégie se focalise notamment sur la modernisation du cadre juridique régissant ce secteur au Maroc en vue de renforcer son attractivité, la mise en place de permis d’exploration de grandes superficies allant de 100 à 600 km2, outre l’adoption d’une nouvelle structure organisationnelle du secteur de l’énergie et des mines, a-t-il noté.

Mercredi, M. Amara avait présidé une rencontre de communication avec les professionnels du secteur minier à Figuig, durant laquelle il a présenté les grandes lignes du projet de restructuration du secteur minier dans la région de Figuig-Tafilalet, envisageant d’ouvrir la voie devant les grandes entreprises minières pour investir dans la région, tout en garantissant les droits d’exploitation des mineurs traditionnels de la région.

(MAP)