Abdelkader Amara invité du Forum de la MAP

Environ 200 milliards de dirhams seront investis d'ici 2020 dans le domaine énergétique, en grande partie dans le secteur de l'électricité, a annoncé mardi le ministre de l'Energie, Abdelkader Amara.

Cet effort a été dicté par la nécessité de répondre à la demande énergétique qui devrait passer de 25.000 en 2008 à 70 .000 GWT à l'horizon 2025, a expliqué le ministre qui était l'invité du Forum de la MAP.

Par ailleurs, Amara a relevé que "Le Maroc, un pays qui importe 100 % de ses besoins en énergies, vit actuellement une transition énergétique dictée par la nécessité de combler le déficit enregistré depuis des années dans ce domaine".

Réduction de la dépendance énergétique à près de 85 % en 2025

Le Maroc, qui vit une transition énergétique, ambitionne la réduction de sa dépendance en la matière de 93,61 % en 2013 à 85,44 % en 2025, a ajouté le ministre.

"Pour atteindre cet objectif, le Maroc se focalise sur le développement des énergies renouvelables, le changement de la structure de l'énergie fossile, à travers l'introduction du gaz naturel liquéfié et l'intensification de la prospection pétrolière, ainsi que le renforcement de l'efficacité énergétique", a expliqué Abdelkader Amara.

Concernant les énergies renouvelables, pilier fondamental de la transition énergétique, Amara a noté que l'investissement et la rentabilité de l'énergie éolienne commencent à être positifs, ajoutant que l'objectif de 200 mégawatts sera largement dépassé.

" L'investissement dans l'énergie solaire est coûteux "

"L'investissement dans l'énergie solaire est coûteux, mais reste un choix stratégique du Royaume, notamment après les coupures d'électricité intervenues en 2007-2008", a relevé le ministre, soulignant qu'un intérêt particulier est accordé à l'énergie solaire thermique qui favorise des capacités de stockage.

Abdelkader Amara a indiqué que les firmes internationales veulent investir dans le secteur, notamment dans les projets Noor 1, Noor 2 et Noor 3, ajoutant que le Maroc s'apprête à franchir dans l'ouverture à la concurrence du marché de la production et la commercialisation de l'électricité produite à partir des énergies renouvelables destinée aux consommateurs de la haute et très haute tensions.

Le ministre prévoit la hausse de la part des énergies renouvelables, pour passer de 5,85 % en 2013 à 14,24 % en 2025.

L'introduction du gaz naturel liquéfié au Maroc prévue à partir de 2020-2021

Concernant le changement de la structure de l'énergie fossile, le Maroc prévoit l'introduction du gaz naturel liquéfié au Maroc à partir de 2020-2021 afin d'avoir une alternative au fuel et de pouvoir bénéficier des prix relativement bas au niveau du marché international.

En effet, la part des produits pétroliers connaitra une baisse d'ici 2025, passant de 58,38 % en 2013 à 46,14 en 2025, en prenant en considération la participation des énergies renouvelables.

La stratégie énergétique nationale fondée sur quatre objectifs principaux sera dévoilée dans les prochains jours, a par ailleurs annoncé Amara, précisant que cette stratégie dominée aussi par cinq orientations stratégiques, s'assigne pour objectifs, la sécurité de l'approvisionnement de l'énergie, la généralisation de l'accès à l'énergie à des prix raisonnables, la maitrise de la demande et la préservation et protection de l'environnement.

(Menara.ma)