Le Maroc expose son attractivité minière à Tokyo

Le Maroc a brillé au cours de sa participation du 28 au 30 mai courant à la seconde réunion ministérielle Japon-Afrique pour le développement des ressources (JAMM2) et au séminaire Japon-Afrique sur l’environnement des affaires en matière des mines et des ressources (J-SUMMIT2), organisés par le Ministère japonais de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie (METI).

Le Maroc, représenté par un haut responsable du Ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement(MEMEE), a exposé au J-SUMMIT2, l’attractivité du Maroc à travers ses atouts aussi bien politiques que géostratégiques et économiques. La stratégie nationale du secteur minier a été mise en exergue à cette occasion où cours de laquelle les caractéristiques du secteur ont été présentées. Caractérisé par la prédominance des phosphates, le secteur minier national recèle d’autres substances minérales (barytine, cobalt, plomb, zinc, argent…) pour lesquelles le Maroc occupe une position fort honorable.

L’industrie minière représente, ainsi, un des leviers des plus importants de l’économie nationale. Ainsi, dans le secteur phosphatier, l’industrie représente des investissements de l’ordre de 145 milliards de dirhams à l’horizon 2025.

Concernant les efforts déployés par le MEMEE pour la promotion des autres substances minières, l’actualisation de la réglementation minière, le développement de l’infrastructure géologique et l’ouverture de la zone minière artisanale de la CADETAF ont été soulignés à l’occasion. Des efforts qui ont valu au Maroc d’être classé par le « Fraser Institute » canadien au 4ième rang des pays africains les plus attractifs. L’installation au Maroc de sociétés minières étrangères de renommée mondiale comme MAYA Gold & Silver et Kasbah en apporte la preuve éloquente.

Au JAMM2, tenue le 30 mai, et cours duquel a été adoptée la déclaration de Tokyo, l’accent a été mis sur la nécessité de développer une coopération dans les domaines des mines et de la géologie et un partenariat gagnant-gagnant entre le Japon et les pays africains, aussi bien dans le cadre du TICAD (Conférence Internationale sur le Développement de l’Afrique) que dans le cadre bilatéral.

Le Maroc a tenu à souligner l’intérêt qu’il accorde à la coopération avec le Japon dans les domaines minier, énergétique et géologique exprimant sa volonté de la renforcer pour la rendre plus ciblée et plus efficace. Dans cet objectif, le Maroc a invité les entreprises japonaises à venir investir au Maroc et de bénéficier d’une réglementation attractive à même de répondre au mieux aux besoins des investisseurs.