Le Maroc et la République Tchèque pour une meilleure coopération énergétique et géologique

Renforcer et cibler la coopération maroco-Tchèque a été à l’ordre du jour de l’entretien que le Ministre de l’Energie, des mines, de l’eau et l’environnement, Abdelkader Amara, a tenu, lundi 8 juin 2015 à Rabat au siège de son département, avec le Ministre tchèque de l’Industrie et du commerce, Jan Mladek, qui effectue une visite de travail au Maroc, du 6 au 9 courant, à la tête d’une importante délégation composée de responsables représentant les secteurs public et privé ainsi que des hommes d’affaires de différents horizons.

Première rencontre du genre, cet entretien a permis aux deux pays de dresser un état des lieux de leur coopération et surtout de discuter les différents axes de son renforcement notamment dans les domaines de l’énergie, de l’eau et de la géologie.

A l’occasion, M. Amara, accompagné de directeurs de son département, ainsi que ceux des structures sous sa tutelle (ONEE, ONHYM, ADEREE, SIE, IRESEN), a donné un aperçu sur les chantiers importants sur lesquels s’attèlent le ministère et les structures publiques, précisant que le Maroc vise par la priorité accordée aux énergies renouvelables « à faire face aux changements climatiques et à réduire sa dépendance énergétique qui était de 98% en 2008 à 84% à l’horizon 2025 ».

M. Amara a rappelé, dans ce cadre, les efforts consentis par le Maroc, pour renforcer ses interconnexions électriques à travers une troisième ligne avec l’Espagne qui renforcera les deux lignes existantes (avec ce pays), une première avec le Portugal, tandis que les études de faisabilité sont en cours pour en assurer une première ligne avec la Mauritanie. « Nous souhaitons que le Maroc devienne le carrefour énergétique pour les pays du Maghreb, d’Europe et d’Afrique subsaharienne », a-t-il-déclaré, appelant les entreprises tchèques à investir dans le secteur énergétique national. « Le programme d’investissement dans le domaine de l’énergie sous toutes ses formes (éolien, solaire, hydraulique et GNL), pour les dix prochaines années, est estimé à 36 milliards de dollars et est ouvert à la compétition internationale », a souligné M. Amara, ajoutant que l’organisation d’ateliers de travail bilatéraux permettraient à l’avenir de mieux faire connaitre ce programme auprès des investisseurs tchèques.

Au volet géologie, le ministre s’est félicité du partenariat qui avait lié par le passé les deux pays appelant la République Tchèque à renforcer la coopération dans ce domaine. « Nous venons de lancer une feuille de route pour le secteur et l’expérience tchèque nous sera d’un grand soutien dans notre volonté de hisser ce secteur au plan national », a estimé M. Amara, annonçant qu’une délégation de hauts cadres du ministère se rendra dans les prochains jours à la République Tchèque pour formaliser cette coopération dans ce domaine.

Pour sa part, le ministre tchèque a salué la coopération bilatérale affirmant que le Maroc est « un partenaire apprécié par la République Tchèque ». Il a exprimé également l’intérêt que portent les entreprises tchèques pour le secteur de l’énergie considérant le Maroc comme un hub pour l’Afrique subsaharienne.