M. Amara préside la réunion d’évaluation des travaux du CRED

Après avoir relancé les travaux du Comité de Réflexion sur l’Electronucléaire et le Dessalement de l’eau de mer par voie nucléaire (CRED), au tout début de son mandat à la tête du Ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, Dr. Abdelkader Amara, a présidé, jeudi 09 avril à Rabat, une deuxième réunion avec ce Comité afin d’en dresser un premier bilan et tracer ses perspectives.

A l’occasion de cette réunion, une synthèse des travaux de cette première année de relance a été présentée et débattue, ainsi que la méthodologie de travail adoptée par le CRED.

Le contexte international de l’électronucléaire a également été au menu de cette réunion au cours de laquelle les membres du CRED ont dressé l’état des lieux au Maroc mettant en relief les points forts et les insuffisances qu’il faudra pallier.

Par ailleurs, cette réunion a permis de s’enquérir de l’état d’avancement des mesures entreprises en préparation de l’évaluation internationale des infrastructures nationales par des experts de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) dans le cadre de la mission INIR (Integrated Nuclear Infrastructure Review) en octobre prochain.

Le ministre a souligné, à l’occasion, l’importance du rôle que joue le CRED dans la mise en œuvre des priorités de la stratégie énergétique nationale notamment dans son volet visant à doter le Maroc d’un mix énergétique et d’assurer la sécurité d’approvisionnement en énergie.

M. Amara a rappelé, dans ce sens, que l’adoption, l’an dernier, par les deux Chambres du Parlement du projet de loi n° 142-12 relative à la sûreté et à la sécurité nucléaire et radiologique et à la création de l’Agence marocaine de sûreté et de sécurité nucléaire et radiologique représente un avantage fondamentale. Cette loi permet, en effet, au Maroc, de se doter d’un cadre juridique et législatif répondant aux standards internationaux.