M. Amara : « Le Maroc peut jouer un rôle important dans les échanges électriques dans l’espace euro-méditerranéen »

Le Maroc possède tous les atouts pour jouer un rôle important dans les échanges électriques dans l'espace euro-méditerranéen, et en tant que carrefour énergétique entre les deux rives de la Méditerranée, il offre l'infrastructure de base nécessaire à l'émergence d'un véritable marché de l'électricité, a indiqué le ministre de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement, Abdelkader Amara.

Le Maroc accorde une importance particulière à la question des interconnexions électriques, a précisé le ministre dans un discours lu en son nom lors du 1er Congrès de l'énergie éolienne, tenu les 22 et 23 juin à Madrid, rappelant que le Maroc et l'Espagne sont connectés depuis 1997 par un câble sous-marin d'une capacité de 700 MW.

M. Amara a indiqué, par ailleurs, que le Maroc a adopté une stratégie énergétique ambitieuse basée notamment sur les énergies renouvelables, qui représenteront 42 pc de la puissance installée en 2020, en développant 2000 MW d'énergie solaire, 2000 MW d'énergie éolienne et 2000 MW d'hydraulique.

L'investissement global pour les trois programmes des énergies renouvelables est évalué à 13,1 milliard de dollars, soit près de 60 pc de l'investissement total prévu pour le secteur de l'énergie, a-t-il-dit, ajoutant que le processus de concrétisation des deux projets éolien et solaire connaît un progrès remarquable.

A travers ces deux projets intégrés, le Maroc vise à corriger sa vulnérabilité énergétique, mais également à s'approprier des technologies prometteuses de valorisation des ressources énergétiques renouvelables et à développer le tissu industriel national à même d'accompagner les projets de développement des énergies renouvelables, a souligné le ministre, ajoutant que l'objectif est également d'assurer la compétitivité requise à l'export et de donner une impulsion forte à la recherche, au développement et à l'innovation technologique, orientés vers le développement durable.

M. Amara a mis l'accent également sur les réformes législatives, réglementaires et institutionnelles mises en place par le Maroc pour accompagner sa stratégie énergétique, ajoutant que ces réformes ont donné la visibilité nécessaire aux opérateurs et aux investisseurs et permis d'accélérer la réalisation des projets de développement des énergies renouvelables et la promotion de l'efficacité énergétique et d'inscrire le modèle énergétique marocain dans la dynamique de développement de la coopération régionale et internationale et d'intégration des marchés régionaux de l'énergie.

Selon M. Amara, la satisfaction d'une demande énergétique qui sera augmentée de 70 pc et une demande électrique qui va doubler entre 2013 et 2025, nécessite d'achever les réformes engagées et d'accélérer la cadence de réalisation des projets et chantiers en cours ou prévus, notamment en matière de moyens de production d'électricité dont le besoin est évalué à près de 12.600 MW à l'horizon 2025.

Le Congrès de l'énergie éolienne de Madrid se veut un espace de rencontre incontournable pour tous les intervenants et professionnels du secteur de l'énergie éolienne dans le monde.

Des responsables politiques, représentants d'institutions internationales et leaders du secteur énergétique ont débattu de plusieurs questions se rapportant notamment à la situation de l'industrie énergétique, au rôle de l'énergie éolienne dans la politique énergétique européenne et aux défis auxquels fait face le secteur.

(MAP)