M. Amara réitère à Marrakech l'engagement du Maroc à continuer à œuvrer activement au sein de la Communauté AFRA

Le Ministre de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement, Abdelkader Amara, a réitéré lundi 20 juillet, à Marrakech, l'engagement du Maroc à continuer à œuvrer activement au sein du Comité technique de l'Accord régional africain de coopération en Sciences et Technologies nucléaires (AFRA) pour atteindre ses différents objectifs.

"Les institutions marocaines et notamment les centres d'excellence en radiothérapie clinique et physique médicale, nutrition humaine, gestion des ressources en eau, applications industrielles, sûreté et sécurité nucléaires et radiologiques, sont actives dans la conception et la réalisation des différents projets régionaux d'AFRA", a-t-il ajouté à la cérémonie d'ouverture de la 26-ème Réunion annuelle de l'AFRA qui se tient à la Cité ocre du 20 au 24 juillet.

Et de relever que les institutions nationales œuvrent à développer et à renforcer davantage leurs liens de coopération avec l'ensemble des institutions africaines pour l'échange des expériences, l'accueil et l'encadrement des professionnels, ainsi que le déploiement de missions d'expertise.

M. Amara a, en outre, salué l'initiative d'AFRA dans la promotion de la coopération technique entre les pays en développement en Afrique à travers le partenariat triangulaire avec le soutien de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), contribuant ainsi à réduire le gap entre les Etats membres dans l'établissement de leurs capacités nationales.

"Nous nous félicitons des différentes actions et réalisations du programme AFRA qui vise à renforcer et à élargir la contribution de la science et de la technologie nucléaire pour le développement des divers secteurs socio-économiques au niveau de notre continent", a-t-il dit à ce sujet.

Et d'ajouter que le programme AFRA est visible pour la communauté africaine à travers sa contribution aux secteurs de la Santé humaine, de l'Alimentation et l'Agriculture, de la Gestion des ressources en eau, de l'Environnement, du Développement durable, des Applications industrielles, de la Radioprotection et de la Gestion des déchets radioactifs.

Dans ce cadre, il a noté que le nombre croissant des centres régionaux désignés en Afrique (Regional Designated Centers), qui avoisine la trentaine, témoigne inéluctablement de l'excellence acquise par les institutions africaines dans différentes thématiques, et montre assurément que le continent africain est en bonne voie pour s'approprier durablement les Sciences et Technologies nucléaires à des fins pacifiques dans un cadre de partenariat solide entre les Etats membres.

Le directeur du Centre national de l'Energie, des Sciences et des Techniques nucléaires (CNESTEN), Khalid Mediouri a relevé, pour sa part, l'importance que revêt cette réunion que le Maroc abrite pour la deuxième fois après celle de Mohammedia en 1995, compte tenu de l'utilisation à large échelle des sciences et technologies nucléaires dans des secteurs socioéconomiques vitaux.

Il a en outre, souligné la ferme volonté du Royaume à travers le CNESTEN, à contribuer dans les efforts visant à renforcer la coopération régionale dans le domaine de l'utilisation de l'énergie nucléaire à des fins pacifiques et le développement des Sciences et Techniques relatives à ce domaine.

La présidente de l'AFRA, Mme Kanono, a salué les mesures prises par le Royaume pour garantir la réussite à cette réunion ainsi que le soutien constant de l'AIEA pour ce Comité depuis sa création.

Cette rencontre constitue une occasion pour passer en revue les activités et programmes du Comité, évaluer le degré de leur mise en œuvre et les réalisations, définir les contraintes notamment pour les pays en voie de développement et entamer une réflexion au sujet de la recherche scientifique dans le domaine de l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire, a-t-elle ajouté, appelant à consentir davantage d'efforts pour relever le niveau d'utilisation de ces technique au service de la prospérité du continent noir.

De son côté, le directeur général adjoint de l'AIEA, et responsable du Département de la Coopération Technique, Dazhu Yang, a souligné que l'AFRA adopte une politique basée sur des programmes complémentaires et indépendants.

Et de relever que la réunion annuelle de l'AFRA offre l'opportunité pour mettre en exergue les réalisations, définir les contraintes afin de contribuer efficacement au développement socioéconomique de la région.

Parmi les contraintes dressées devant le Comité figure le problème du financement des programmes arrêtés par l'AFRA, a-t-il ajouté, appelant à mobiliser davantage de ressources pour financer l'intégralité des programmes AFRA et à s'acquitter de plus en plus des quotes-parts, permettant ainsi la mise en œuvre de plusieurs projets régionaux.

M. Yang a par ailleurs salué le rôle pionnier du Maroc dans l'utilisation de l'énergie nucléaire à des fins pacifiques. Dans ce cadre, il a noté que le Royaume qui a bénéficié de l'expertise de l'AIEA, a présenté une importante aide aux pays africains dans le domaine de l'utilisation de l'énergie nucléaire à des fins pacifiques dans le cadre de la coopération Sud-Sud.

A l'occasion de cette réunion, le Comité technique procédera à l'examen des projets de résolutions à soumettre à la réunion des représentants des Etats membres, qui aura lieu en marge de la Conférence générale de l'AIEA en septembre 2015.

Le Comité procédera aussi à l'appréciation du bilan des réalisations du programme AFRA au titre de l'exercice 2014-2015 et des perspectives du plan d'action pour le biennal 2016-2017, couvrant les programmes des applications des techniques nucléaires dans les domaines de la santé humaine, l'alimentation, l'agriculture, l'eau, l'énergie, l'industrie, la sûreté radiologique et la sécurité nucléaire, l'éducation et la formation.

Pour rappel, le Maroc abrite au niveau africain 04 centres régionaux d'excellence désignés par le programme AFRA dans les domaines de la formation en radioprotection, la cancérologie, la nutrition humaine et la gestion des ressources en eau. (MAP)