La politique des énergies renouvelables sacrée par le CNUCED

Le Maroc a remporté le prix 2015 de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) pour la promotion de l’investissement, en reconnaissance de sa politique des énergies renouvelables. Cette distinction a été attribuée, lors d’une récente cérémonie organisée récemment à Genève, à l'Agence marocaine du développement des investissements (AMDI).

C’est une reconnaissance mondiale pour les efforts consentis par le Ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, dans le cadre de la mise en œuvre de sa stratégie nationale de l’énergie dont l’un des piliers est la promotion des énergies renouvelables principalement solaires et éoliennes. Le MEMEE mène actuellement des projets structurants d’énergies solaire et éolienne qui permettront de faire passer la part des énergies renouvelables dans la puissance électrique installée totale à 42% à l’horizon 2020 (Hydraulique:2000 MW, Solaire: 2000 MW et Eolien: 2000 MW). Objectif : Economiser 3 millions de tep par an en combustible fossile et éviter l’émission de près de 11 millions de tonnes de CO2 par an.

A ses ambitions, le MEMEE ne lésine pas sur les moyens en mobilisant son «Team Energy» composé de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), l’Agence marocaine de l’énergie solaire (MASEN), la Société d’Investissements Energétiques (SIE), l’Institut de Recherche en Energie Solaire et Energies Nouvelles (IRESEN) et, l’Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ADEREE) autour de la mise en œuvre de la feuille de route énergétique.

Ainsi, les chantiers énergétiques ont fait un bond en avant en enregistrant une dynamique particulière. Pour exemple, citons le programme éolien intégré de 850 MW visant la mise en place de cinq parcs éoliens et dont la mise en service se fera par tranche de 150 MW en juin de chaque année de 2016 à 2020.

Autre projet de grande envergure : La première centrale thermo-solaire (CSP)de Ouarzazate baptisée « Noor I » de 160 MW, dont la deuxième étape « Noor II » et « Noor III » d’une capacité respective de 200 et 150 MW est d’ores et déjà sur les rails.

Parallèlement, le MEMEE entend développer également l’utilisation du photovoltaïque. Le Ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, Dr. Abdelkader AMARA, a dévoilé sa feuille de route pour le développement de l’utilisation de l’énergie solaire photovoltaïque au Maroc à l’occasion de l’inauguration de la Première édition du Salon International sur le Photovoltaïque : «Photovoltaïca » le 04 Novembre 2014. Cette feuille de route s’articule autour de cinq axes de développement de l’utilisation à grande échelle, du photovoltaïque. L’un de ces axes vise l’ouverture de la moyenne tension pour permettre le développement de projets de centrales solaires photovoltaïque dont la production est destinée aux consommateurs raccordés en moyenne tension et dont la réalisation se fera dans le cadre de la loi 13-09 relative aux énergies renouvelables ou dans le cadre des dispositions de la loi40-09 relatives à l’autoproduction.