M. Amara présente la stratégie énergétique du Maroc au forum
du Centre Brookings de Doha.

La stratégie énergétique marocaine a été présentée, mercredi à Doha, au Forum Brookings de l'Energie, dont les travaux ont débuté, mercredi, dans la capitale qatarie.

Intervenant à cette occasion, le ministre de l'Energie, des mines, de l'Eau et de l'Environnement, Abdelkader Aamara, a relevé que la stratégie marocaine repose sur le renforcement des infrastructures de production et de transport de l’électricité, au niveau national, et de celui du raccordement au niveau régional, indiquant que l’ objectif de ce premier axe est de parvenir à une capacité de 12.600 mégawatts à l’horizon 2025.

Le ministre, qui a rappelé le potentiel du Royaume en matière d'énergies renouvelables, a fait savoir que le Maroc a lancé trois programmes intégrés (solaire, éolien et hydroélectrique) de production électrique d’une capacité de 2000 mégawatts chacun, ce qui représentera une capacité de production de 42 pc de la puissance installée à l’horizon 2020.

M. Aamara a également indiqué que le Maroc accorde une importance particulière à l’intégration de son système énergétique à l’espace euromaghrébin, soulignant que le Royaume a réalisé un raccordement de son réseau électrique avec celui de l’Espagne avec une capacité de 1400 mégawatts et l’Algérie avec une capacité d’échange de 1200 mégawatts alors qu’un projet similaire avec la Mauritanie est à l’étude.

Il a ajouté que le second axe de cette stratégie, qui a fait du Maroc un pays exportateur d’énergie, vise à mettre à niveau le cadre juridique afin de simplifier les échanges d’électricité avec les pays voisins, dont les pays subsahariens.

Quant au troisième axe, il vise à mettre en place un cadre institutionnel de réglementation, de contrôle et des conditions de libéralisation du marché de l’électricité au niveau local et régional, indiquant qu’il sera procédé au cours de cette année à la mise en place d’un organisme indépendant en vue de suivre les changements que connait le secteur au niveau national.

Concernant le 4ème axe, il a fait savoir qu’il concerne l’intégration industrielle et la promotion de la recherche appliquée dans le domaine des énergies renouvelables.

Le ministre a, en outre, relevé, que ce programme offre de réelles opportunités pour les opérateurs étrangers en ce sens que l’investissement global (2015-2025) s’élève à quelque 36 milliards de dollars dont 30 milliards pour les unités de production électrique.

(Map)