Les atouts du modèle marocain présentés à Londres

Le modèle énergétique du Maroc repose sur le développement des énergies renouvelables (éolienne, solaire et hydroélectrique) dans le cadre d’une vision écologique.

La politique énergétique adoptée par le Maroc a été présenté jeudi à Londres devant des responsables et des investisseurs britanniques et étrangers lors d'une conférence internationale organisée sur le rôle des énergies renouvelables pour une industrie minière propre et compétitive.

Dans une allocution lue au nom du ministre de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement Abdelkader Amara, le secrétaire général du ministère Abderrahim El Hafidi a fait savoir que le modèle énergétique du Maroc repose sur le développement des énergies renouvelables (éolienne, solaire et hydroélectrique) dans le cadre d'une vision écologique.

Il a, également, mis en avant les avancées réalisées par le Royaume dans ce domaine grâce à la forte impulsion donnée par S.M. le Roi Mohammed VI au secteur des énergies renouvelables, rappelant à cet égard l'annonce faite dans le discours royal à l'occasion de la COP 21, sur la détermination du Maroc à porter la part des énergies renouvelables dans le production de l'électricité à 52% à l'horizon 2030.

Abderrahim El Hafidi a, aussi, donné un aperçu général des facilités et mesures incitatives offertes aux investisseurs privés dans le secteur des énergies qui devient de plus en plus attractif.

Entre 2016 et 2030, le Maroc mobilisera un investissement de plus de 40 milliards de dollars, a-t-il dit, indiquant que les derniers appels d'offres lancés pour le développement des énergies renouvelables et en particulier l'éolien ont permis au Maroc d'avoir des prix de production très bas.

Il a, en outre, rappelé les réformes entreprises dans le secteur énergétique notamment l'ouverture du marché de l'électricité dans une vision d'intégration régionale avec les réseaux européens ou subsahariens.

Abderrahim El Hafidi a, également, jeté la lumière sur les derniers développements survenus dans le secteur minier qui contribue à hauteur de 22% des exportations. La production minière s'est élevée à 29,4 millions de tonnes en 2014 et reste dominée à 90% par les phosphates exploitées par le géant mondial OCP.

Et d'ajouter que la stratégie nationale tracée pour le développement du secteur minier concerne toute la chaine des valeurs de l'industrie minière depuis l'exploration jusqu'à la valorisation et la transformation des minerais.

Pour rendre le secteur minier plus attractif, le Maroc s'est doté d'un nouveau cadre législatif et réglementaire avec l'adoption de la loi n° 33-13 relative aux mines et visant la modernisation de ce secteur, a précisé Abderrahim El Hadifi, affirmant que les entreprises minières peuvent aujourd'hui produire leurs propres énergies pour subvenir à leurs besoins.

Il a cité à cet égard l'exemple d'autoproduction et d'efficacité énergétique de l'OCP et le cas du groupe Managem dont plus de 60% de l'électricité proviennent de l'énergie renouvelable.

MAP-LE MATIN(29 Janvier 2016)