Communiqué de Presse

Coopération Maroc-Indonésie à consolider pour établir un pont entre l’Afrique et l’Asie

Le Maroc et l’Indonésie, une coopération dans les secteurs énergétique et minier à consolider.

C’est dans ce contexte que Monsieur Aziz RABBAH, Ministre de l'Energie, des Mines et du Développement Durable, a reçu au siège de son Ministère, mardi 09 janvier 2018, Son Excellence Monsieur E.D. Syarief SYAMSURI, Ambassadeur d’Indonésie au Maroc.

Cette entrevue a porté sur plusieurs questions ayant trait aux relations bilatérales ainsi que sur la dimension régionale incluant l’Asie.

Monsieur Aziz RABBAH a mis en avant, à cet égard, l’importance de la dynamique de la coopération du Maroc avec le continent asiatique.

Pour ce faire, il y a lieu de renforcer la coopération bilatérale et tripartite entre les deux pays et partenaires (Inde – Chine …), par le biais de projets d’accords énergétiques et miniers qui seront signés prochainement.

Monsieur Aziz RABBAH a par la suite proposé que le Maroc abrite une foire dédiée aux produits indonésiens.

Lors de cet entretien, il a été relevé que le niveau de coopération économique et commerciale jusque-là atteint demeure encore insuffisant. Quoiqu’en progression, les échanges commerciaux entre le Maroc et l’Indonésie restent faibles. Des secteurs comme l’énergie, les mines, la logistique, l'agroalimentaire, la pêche, le tourisme, l’industrie automobile et le BTP offrent de réelles opportunités à saisir en vue d’approfondir le partenariat bilatéral. Par ailleurs, l’héritage Islamique commun permet de donner une impulsion aux échanges culturels et humains entre les deux pays.

Le partenariat entre les deux pays gagnerait en importance en vue de construire ensemble une très bonne coopération entre les deux régions de manière à établir un pont entre le marché asiatique de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) et africain. Ces pays, dont l'un est situé à l'extrême ouest et l'autre à l'extrême est du monde islamique, partagent beaucoup de similitudes en vue d'établir une passerelle entre les décideurs et les experts pour réfléchir, ensemble, aux questions stratégiques qui interpellent l’avenir des deux pays.