Le Maroc brille au siège de l’Union africaine

Le ministre de l'Énergie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement, Dr. Abdelkader Amara, a présidé la délégation marocaine de haut niveau marocain ayant pris part à la première réunion ministérielle Etats-unis-Afrique autour de l’énergie, qui s'est tenue au siège de l'Union africaine à Addis-Abeba (République fédérale démocratique d'Ethiopie), les 3 et 4 Juin 2014.

L’ordre du jour de cet événement a été consacré au rôle stratégique que joue l’énergie quelle qu’en soit la source, fossile ou renouvelable, dans l’ouverture de perspectives importantes et prometteuses pour le développement économique et social des pays du continent africain. Il a été également question, au cours de ce sommet, d’examiner les mécanismes institutionnels, financiers et techniques les plus adaptés pour atteindre cet objectif commun et mettre également en œuvre l'initiative du président américain, M. Barack Obama, « Power Africa », dont le coût est estimé à 7 milliards de dollars d'ici l'an 2018.

Cette réunion a été pour le Maroc, une occasion historique de faire entendre sa voix dans le siège de l'Union africaine et de souligner le rôle géostratégique et capital du Royaume du Maroc au plan africain dans les domaines de l'énergie et des mines. Dr. Amara a ainsi mis l’accent sur l'évolution enregistrée par les politiques publiques grâce à une approche intégrée ayant marqué et propulsé l’expérience marocaine en un temps record.

Dans son discours prononcé au déjeuner-débat « Nexus Energy/Water », pour relater l’expérience marocaine prise comme exemple pour l'Afrique, le ministre a souligné la complexité des interrelations entre l’eau et l’énergie estimant que la maturité atteinte par les politiques publiques les concernant ouvre désormais des perspectives plus larges, plus ciblées et plus intégrées. De son côté, le Secrétaire d’Etat américain chargée de l’énergie, M. Ernest Moniz, est revenu sur cette thématique selon l’approche américaine.

Dressant l’état des lieux au Maroc, le ministre a présenté quelques chiffres clés témoignant notamment de l’efficacité de la politique des barrages ayant permis de généraliser l’accès à l’eau potable qui a atteint actuellement 100% dans le milieu urbain et 94% dans le rural. De même, la politique énergétique nationale a permis de franchir le taux de 98,65% d’électrification dans le milieu rural.

L'expérience marocaine a suscité une grande admiration auprès des nombreux participants au sommet dont une trentaine de ministres africains.

En marge de la réunion ministérielle, le ministre s’est entretenu avec plusieurs ministres africains en charge des domaines de l'énergie, des mines et des ressources hydriques notamment de la RDC et de la République du Gabon et de la Côte-d'Ivoire, de la Guinée Conakry et la Tunisie.

Il s’est également entretenu avec la Secrétaire d'État américain autour de l'importance stratégique que porte SM le Roi Mohammed VI, que Dieu l'assiste, au renforcement et à l’élargissement de la coopération bilatérale pour soutenir la coopération de Sud - Sud et du le rôle incontournable que peuvent jouer les deux pays dans le développement des secteurs de l'énergie, des mines et des ressources hydrique dans les pays d'Afrique subsaharienne. Et ce dans le cadre bilatéral mais aussi dans tripartite. L’entretien avec M. Moniz a porté aussi sur les domaines de coopération scientifique et technique dans les énergies renouvelables, en particulier l'énergie solaire concentrée (CSP) et le stockage de l'énergie, et sur le dessalement de l'eau de mer à partir de source solaire, ainsi que sur la coopération dans le domaine du gaz "schiste". La délégation marocaine participant à cette réunion ministérielle a été composé de hauts fonctionnaires du ministère de l'Energie, des mines, de l'eau et de l'environnement et d’institutions qui lui sont rattachés dont l’ONEE, l’IRESEN et MASEN.