M. Amara dévoile la feuille de route du photovoltaïque au Maroc

Dr. Abdelkader AMARA, Ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement , a présidé, le mardi 4 novembre 2014, la séance d’ouverture de la première édition du Salon International Marocain sur le Photovoltaïque baptisé « Photovoltaïca », organisée sous le Haut Patronage de Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, que Dieu L’Assiste, et ce, en présence de M. Mohamed BOUSSAID, Ministre de l’Economie et des Finances, et de Son Excellence Monsieur Désiré GUEDON, Ministre de l’Energie et des Ressources Hydrauliques de la République du Gabon.

Ce salon, organisé au Parc d'Expositions de l’Office des Changes à Casablanca, a connu la participation de nombreuses délégations étrangères de haut niveau et représentations diplomatiques de nombreux pays, ainsi que des représentants des institutions internationales.

Dans son allocution d’ouverture, Dr. Abdelkader AMARA, a précisé que ce salon, organisé de manière concertée avec la Société d’Investissements Energétiques et l’Institut de Recherche en Energie Solaire et en Energies Nouvelles, intervient à un moment où le Ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, s’apprête à lancer de nouveaux chantiers de réformes devant accompagner la deuxième phase de la mise en œuvre de la stratégie énergétique nationale mise en place en 2009 sous les Hautes Orientations de Sa Majesté le Roi que Dieu L’Assiste.

Pour M. le Ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, cette rencontre, qui regroupe tous les professionnels marocains et les partenaires étrangers du Royaume dans le domaine des énergies renouvelables, constitue une opportunité idoine pour présenter les grandes lignes de la feuille de route du Maroc pour le développement de l’énergie solaire photovoltaïque.

Au début de son intervention, Dr. Abdelkader AMARA a fait un focus sur la situation, les tendances, ainsi que l’évolution technologique et industrielle de la filière photovoltaïque à l’échelle mondiale.

Pour le cas du Maroc, M. le Ministre a souligné que les études réalisées sur l’opportunité de développement du PV à grande échelle ont démontré que cette filière est prometteuse pour notre pays qui dispose d’un potentiel solaire très important.

Il a ajouté que la « Revue en Profondeur de la Politique Energétique du Maroc » réalisée par l’Agence Internationale de l’Energie, et dont la cérémonie de présentation de ses recommandations, qui a eu lieu il y a quelques jours, a aussi fortement préconisée d’optimiser le déploiement de l’énergie solaire à travers la maximisation de l’usage de l’énergie solaire concentrée aux heures de pointe et faciliter l’utilisation des technologies photovoltaïques.

Dr. Abdelkader AMARA a présenté, par la suite, les grandes lignes de la feuille de route du Maroc pour le développement de l’utilisation du Photovoltaïque, qui s’appuie sur cinq piliers essentiels.

premier étant le développement de programmes de grandes et moyennes centrales solaires photovoltaïques à porter par l’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable (ONEE) qui prévoit de réaliser, dans le cadre de son programme de développement de centrales solaires photovoltaïques de tailles moyennes (20 à 30 MW) en bout de ligne, 300 MW de capacité de production électrique de source photovoltaïque, et puis, par l’Agence Marocaine de l’Energie Solaire (MASEN) qui, en plus des technologies CSP, prévoit de développer des fermes solaires photovoltaïques dont la première sera réalisée à Ouarzazate d’une capacité de 50 MW.

Un autre programme de développement de centrales PV cible les consommateurs THT-HT et ce dans le cadre de la loi 13-09 relative aux énergies renouvelables qui prévoit la délimitation par arrêté des zones à réserver pour le développement des centrales solaires par les développeurs privés. M. le Ministre a annoncé que cet arrêté de zonning solaire sera publié courant premier trimestre 2015.

Le deuxième pilier porte sur l’ouverture de la moyenne tension pour permettre le développement de projets de centrales solaires photovoltaïques dont la production est destinée aux consommateurs raccordés en moyenne tension et dont la réalisation se fera dans le cadre de la loi 13-09 relative aux énergies renouvelables ou dans le cadre des dispositions de la loi 40-09 relative à l’autoproduction.

Dr. Abdelkader AMARA a précisé, à ce sujet, que le décret approuvant les conditions et les modalités d’ouverture de la moyenne tension sera également adopté dès début 2015.

Le troisième pilier concerne l’ouverture de la basse tension pour permettre le développement de l’utilisation à grande échelle du PV dans le résidentiel et le tertiaire raccordés en basse tension, à travers la mise en place des bases juridiques et réglementaires claires et transparentes et ce, dans l’objectif de donner à ce segment de clientèle plein droit de produire et d’exploiter l’énergie photovoltaïque et de l’injecter sur le réseau électrique Basse Tension.

L’étude réalisée par le Ministère sur ce volet a évalué le potentiel économique en énergie solaire photovoltaïque raccordée à la Basse Tension à 4,5 GW à l’horizon 2030 et a démontré l’impact positif de son utilisation notamment sur la facture d’électricité.

M. le Ministre a indiqué que l’adoption des amendements nécessaires de la loi 13-09 pour l’ouverture de la basse tension est attendue en deuxième semestre 2015.

Le quatrième pilier vise la mise en place d’une Autorité de régulation indépendante, dont la création est programmée en 2015 et ce dans le but d’accompagner les évolutions que connaîtra le secteur de l’énergie national, notamment en matière d’ouverture du marché de l’électricité de source renouvelable. Cette Autorité aura pour mission de veiller au respect des règles, en vigueur, de maintenir la viabilité concurrentielle des opérateurs et de définir les tarifs et les conditions d’accès au réseau électrique et aux interconnexions.

Le dernier pilier de cette feuille de route est la mise en place de programmes d’accompagnement en matière de R&D dédiée au PV et d’intégration industrielle, dont l’objectif est de soutenir la création d’une industrie photovoltaïque locale en mesure de répondre aux besoins énergétiques du Maroc et d’accompagner ses orientations stratégiques.

En rappelant les avancées réalisées dans ce domaine, M. le Ministre a souligné que le Maroc ambitionne de se positionner comme tête de pont technologique dans la région Euro-méditerranéenne et en Afrique.

Il a ajouté que les activités de recherche prévues dans le cadre de la feuille de route du photovoltaïque sont organisées en deux volets. Le premier a pour objectif de caractériser les technologies photovoltaïques existantes dans les conditions climatiques pour évaluer leur performance et dont les résultats pourront être exploités par les opérateurs, les développeurs, des fabricants ainsi que les installateurs. Quant au deuxième volet, il vise à accompagner le développement de nouvelles technologies adaptées aux conditions climatiques marocaines spécifiées lors du premier volet.

En matière d’intégration industrielle, Dr. Abdelkader AMARA a souligné que la réalisation des Clusters dans le domaine des énergies renouvelables, notamment solaires photovoltaïques, est de nature à permettre à notre pays de développer des filières locales compétitives et de se positionner parmi les leaders dans ce domaine. A ce sujet, il a signalé que cette année a été marquée par le lancement du premier Cluster industriel dédié à la filière solaire, qui constitue une plate-forme qui réunit des professionnels et des entreprises exerçant dans les différents maillons de la chaine de valeur notamment la conception, la fabrication, la distribution, l'exploitation, la maintenance de composants ou de projets énergétiques solaires.

Lors de cette séance d’ouverture, cinq conventions de partenariat visant l’accompagnement de la mise en œuvre de la feuille de route nationale pour le développement de l’utilisation de l’énergie solaire photovoltaïque au Maroc, ont été signées.

Au terme de son allocution, Dr. Abdelkader AMARA, a annoncé que le Salon International Marocain sur le Photovoltaïque « Photovoltaïca », se tiendra d’une manière périodique et que sa deuxième édition aura lieu en 2016 et sera consacrée principalement à l’évaluation du bilan de la mise en œuvre de la feuille de route nationale présentée lors de cette édition.

(MAP)