M. Amara rencontre les membres du bureau exécutif de la CDT

img

Le Ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, Abdelkader Amara, a tenu, lundi 10 février 214, une réunion avec les membres du bureau exécutif de la centrale syndicale CDT en présence du bureau national du syndicat national de l’énergie et des mines, affilié à la même centrale syndicale.

A l’occasion, le Ministre a insisté sur l’importance du dialogue social, pour le ministère, appelant le syndicat à mieux s’impliquer dans l’élaboration du statut du mineur. « C’est un chantier qui a accusé un long retard et qu’il faut absolument accélérer », a déclaré M. Amara, précisant que ce projet s’inscrit dans le cadre des priorités de la mise en place du code minier. « Le code minier aura pour but d’impulser le secteur au Maroc au niveau de l’investissement, mais il nous importe aussi que les conditions sociales des employés des entreprises opérant dans le domaine, et particulièrement celles de la sous-traitance, soient améliorées », a estimé le ministre. Et d’ajouter que seul un dialogue responsable et serein permettra de concrétiser ce chantier pour en faire un acquis.

Le ministre est revenu également sur le dénouement du « conflit » avec l’ADEREE sur lequel il s’est engagé personnellement pour trouver une issue favorable. M. Amara a ainsi insisté sur le fait que des instructions sont données aux équipes du ministère sous la conduite de son Secrétaire général pour passer au peigne fin les points inscrits à l’ordre du jour de cette réunion.

De leur côté, les membres du bureau exécutif de la CDT se sont félicités de cette rencontre avec le ministre, la première, selon eux, depuis 13ans, la qualifiant de « signal fort et positif », qui apporte « un grand espoir » pour l’élaboration du statut du minier. Soulignant que les deux parties partagent le même objectif, celui de développer le secteur minier marocain à travers un cadre juridique et institutionnel répondant aux besoins, les représentants de la centrale syndicale se sont engagés, ainsi, à ne ménager aucun effort afin que le statut du mineur se concrétise dans les meilleurs délais dans le cadre d’un consensus mutuel.