Le Maroc au 8e Forum Germano-Africain de l'Energie

Le ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, Abdelkader Amara participe à la tête d’une délégation de hauts responsables représentant l’ONEE, l’IRESEN, l’ADEREE et MASEN au 8e Forum germano-africain de l’énergie à Hambourg (Allemagne) du 13 au 15 avril 2014. Organisé par l'Association des entreprises germano-africaines (Afrika-Verein), ce Forum se penche sur les principaux enjeux énergétiques surtout en Afrique.

A l’ouverture de cet événement international, lundi 14 avril, M. Amara a souligné l’importance que revêt l’énergie au plan mondial mettant l’accent sur les vives inquiétudes que suscite son épuisement. « L’énergie n’a jamais été autant, dans le monde actuel, une question au centre de l’inquiétude des gouvernements en raison d’une réalité marquée par un épuisement, que nous savons inéluctable, des réserves des énergies fossiles », a-t-il déclaré insistant sur l’intérêt vital de la transition énergétique.

Donnant un aperçu de la situation énergétique au plan national, M. Amara a affirmé que la demande du Maroc en énergie primaire a augmenté en moyenne de près de 5% pendant ces dernières années, tirée par la croissance de la consommation électrique ayant augmenté en moyenne de 6,5% par an. « Face à ce dynamisme sans précédent de l’économie nationale et également de la progression démographique couplée à l’amélioration du niveau de vie de la population, nous prévoyons le triplement de la demande en énergie primaire et le quadruplement de la demande électrique à l’horizon 2030 », a-t-il indiqué avant de présenter les lignes directrices de la Stratégie énergétique nationale, dont l’une des priorités est d’assurer la sécurité de l’approvisionnement.

Cette stratégie vise ainsi le développement de la capacité de production électrique qui va atteindre 15 GW en 2020, dont 42% serait de sources renouvelables. « La mise en œuvre de cette stratégie énergétique nécessite la mobilisation d’un investissement global d’environ 22 milliards de dollars dont 13 milliards sont réservés au développement de la capacité électrique de sources renouvelables », a expliqué le ministre. Et de préciser qu’en matière d’efficacité énergétique, l’objectif est d’atteindre 12% d’économie en 2020 et 15% en 2030.

M. Amara a, par ailleurs, souligné l’importance qu’accorde le Maroc au développement des énergies renouvelables, citant en exemple, le projet de la centrale solaire de Ouarzazate et le projet marocain éolien. « Le Royaume, à travers ces deux projets intégrés et volontaristes, vise, certes, à corriger sa vulnérabilité mais également à s’approprier des technologies prometteuses de valorisation des ressources énergétiques renouvelables », a-t-il assuré. Et d’ajouter que l’Afrique est appelée à adopter des politiques cohérentes et intégrées afin de s’ériger en tant que « Marché attractif » pour les entreprises opérant dans le domaine de l’énergie. Dans ce sens, le ministre a mis l'accent sur les relations privilégiées du Maroc avec les pays de l'Afrique subsaharienne et leur rôle dans l'émergence d'un partenariat solide, durable et mutuellement bénéfique.

Ce Forum connaît la participation de plusieurs ministres africains de l’énergie, entre autres, du Nigéria, Cameroun, Angola, Mozambique, et d'ambassadeurs et hauts responsables africains et allemands et de nombreuses entreprises allemandes de renom.