M. Amara : « Le Maroc, pays pionnier en matière d’énergies renouvelables »

Le Maroc est un pays pionnier en matière de développement énergétique durable et ce, à travers la décision stratégique d'introduire les énergies renouvelables (EnR), a souligné, mercredi 18 juin à Casablanca, le ministre de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement, Abdelkader Amara.

Face au dynamisme de l'économie nationale et la progression démographique couplée à l'amélioration du niveau de vie de la population, la demande en énergie primaire devrait tripler et celle électrique quadruplée à l'horizon 2030, d'où l'obligation de la transition énergétique pour satisfaire cette demande croissante, a-t-il indiqué lors d'une conférence-débat organisée par la chambre de commerce Suisse au Maroc sous le thème "Transition énergétique : quel défi pour le Maroc".

La transition énergétique au Maroc est une décision stratégique aux enjeux importants politiques, économiques et sociaux et environnementaux puisqu'il s'agit d'arriver à une plus grande autonomie en la matière, d'assurer un développement équilibré à l'ensemble des régions du pays et une croissance économique forte et durable et généraliser l'accès à l'énergie et d'en maîtriser le coût.

Cette transition "n'est plus sur le papier" mais le Maroc dispose, à cet effet, d'une feuille de route qui s'appuie sur des objectifs majeurs afin d'assurer la sécurité d'approvisionnement par le recours en base au charbon et l'entrée massive du gaz naturel dans le mix électrique et d'achever le programme d'électrification rurale qui a atteint plus de 98,6 pc.

Il s'agit également de monter en puissance des EnR notamment le solaire, l'éolien et l'hydraulique, prioriser l'efficacité énergétique, intégrer le Maroc dans le système énergétique régional notamment ibérique et maghrébin et appliquer en amont des dispositifs de préservation de l'environnement dans toutes les activités énergétiques.

Toutes les énergies devront trouver leur place dans ce mix sans toutefois que celui-ci soit rigide et figé, a ajouté le ministre, relevant que le pays doit trouver le sien qui s'intégrera dans la vaste palette des solutions possibles, a fait savoir le ministre.

Le Maroc, pays importateur d'énergie, doit pour réduire sa dépendance trouver des réponses adaptées pour satisfaire ses besoins en énergie en augmentation. C'est pourquoi le mix énergétique doit être conçu avec réalisme, bon sens, innovation et compétitivité, a-t-il indiqué.

MAP