Un financement de 19 MDH pour des projets innovants dans le domaine du solaire thermique

Une enveloppe budgétaire de 19 millions de dirhams (MDH) a été consacrée, en vertu de conventions signées lundi à Rabat, au financement de six projets de recherche et développement appliquée dans le domaine du solaire thermique. Signées par le directeur général de l'Institut de recherche en énergie solaire et énergies renouvelables (IRESEN), Badr Ikken, et des partenaires scientifiques et industriels, ces conventions, qui font suite à l'appel à projets InnoTherm 2013, permettront d'attribuer une enveloppe budgétaire de 19 MDH à 6 projets innovants dans le domaine du solaire thermique. Intervenant lors de la cérémonie de signature de ces conventions, le ministre de l'Energie, des mines, de l'eau et de l'environnement, Abdelkader Amara, a noté que le cadre de partenariat sera renforcé par la signature par l'IRESEN de nouvelles conventions de partenariat pour la promotion de la R&D et l'innovation dans le domaine des énergies renouvelables et ce, avec la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM), le Centre de Recherche Allemand Fraunhofer, ainsi que l'Ecole Nationale Supérieur des Mines de Rabat. "Les conventions de financement de l'appel à projet InnoTherm III traitant du solaire thermique, impliquent six consortiums formés de dix Universités et Centres de Recherche, ainsi que onze entreprises qui recevront aujourd'hui l'appui financier de l'IRESEN, qui est de 19 MDH", a précisé M. Amara.

La cérémonie de signature a été aussi l'occasion pour présenter les résultats des soumissions aux appels à projets 2014 dans le domaine des énergies renouvelables. "Ces projets, qui pourront bénéficier ainsi d'une enveloppe budgétaire de 40 MDH mobilisée au titre de l'année 2014, portent sur le photovoltaïque, le solaire thermique, l'éolien et la biomasse", a noté M. Amara, précisant que 11 projets les plus pertinents sur 42 projets présentés, ont été sélectionnés et ils permettront de mobiliser 12 Universités et Centres de Recherche et 19 entreprises.

Pour sa part, la ministre déléguée auprès du ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres, Soumiya Benkhaldoun, a mis en relief le rôle de la recherche dans le développement économique, notant que le Maroc est bien placé pour avancer dans la recherche et faciliter, par conséquent, son insertion dans la mondialisation.

De son côté, le président de la Commission Recherche et Développement, E-Entreprise et Relations avec l'Université au sein de la CGEM, Marouane Tarafa, a mis l'accent sur le rôle important des partenariats entre les universités et les entreprises, invitant les autorités publiques à faciliter l'accès des PME au financement, à travers des crédits recherches pour la jeune entreprise innovante.

L'IRESEN a pu franchir, avec le lancement des appels à projets 2014, le cap de 100 MDH mobilisés pour la R&D dans le secteur des énergies renouvelables pour accompagner la stratégie énergétique en matière de R&D.

Actuellement, IRESEN finance les travaux de R&D de plus de 200 doctorants et ingénieurs et de 47 enseignants chercheurs dans le secteur des énergies renouvelables.

Ce financement a permis d'acquérir plus de 40 équipements scientifiques dans différents laboratoires d'universités et d'institutions de recherche marocaines.

Compte tenu de l'élargissement des champs d'application des énergies renouvelables, le Maroc œuvre pour une contribution significative de ces énergies aux objectifs de diversification, de réduction de la dépendance énergétique et de préservation de l'environnement.

L'objectif recherché est d'augmenter la part des énergies renouvelables dans la puissance installée pour atteindre 42 pc de la puissance totale installée à l'horizon 2020. (MAP)