Le Maroc au 3e Sommet sur la Sécurité Nucléaire à La Haye

Le Maroc participera au 3e Sommet sur la Sécurité Nucléaire qui aura lieu dans le World Forum de La Haye, les 24 et 25 mars 2014. Le Maroc sera représenté par une délégation composée de messieurs le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar, et le Ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, Abdelkader Amara, et des hauts responsables des deux départements.

53 pays et 4 organisations internationales (Union Européenne, Interpol, Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) et les Nations Unies) sont attendus au Sommet de La Haye dont cette troisième édition sera consacrée à l’évaluation de la mise en œuvre des objectifs et actions énoncés dans le Plan de travail du Sommet de Washington et le Communiqué du Sommet de Séoul.

Pour rappel, le Sommet sur la Sécurité Nucléaire de Washington, tenu les 12 et 13 avril 2010, et auquel le Maroc a participé, s’est inscrit dans le cadre de la proposition du Président américain dans son discours à Prague en avril 2009, relative à l’élaboration d’une stratégie visant à « contrer la menace nucléaire internationale, réduire et, à terme éliminer les arsenaux nucléaires existants; renforcer le Traité sur la Non-Prolifération et stopper la propagation nucléaire à d’autres pays; et empêcher les terroristes et les extrémistes d’obtenir des armes nucléaires ou des matières fissiles ».

Le Sommet de Washington a adopté un Communiqué dans lequel les participants s’engagent à renforcer la sécurité nucléaire en appliquant les normes internationales et en établissant l’infrastructure nationale requise sur les plans juridique, technique et ressources humaines. Il a également approuvé un plan d’actions qui vise à mettre en place « les plus hauts niveaux de sécurité nucléaire permettant le développement et l’expansion d’une énergie nucléaire civile pacifique à travers le monde ».

Quant au Sommet de Seoul, tenu les 26 et 27 mars 2012, il a adopté un Communiqué dans lequel les participants s’engagent à renforcer la gestion des matières nucléaires et radioactives, la synergie entre la sûreté et la sécurité nucléaire, la sécurité du transport des matières radioactives, la lutte contre le trafic illicite des matières nucléaires et radioactives, la criminalistique nucléaire, la culture de sécurité nucléaire et la coopération internationale.