M. Amara : « La prochaine conférence arabe de l'énergie sera une occasion pour examiner les questions liées aux énergies fossiles et renouvelables »


La 11ème Conférence arabe de l'énergie, prévue en 2018 au Maroc, constituera une occasion pour examiner amplement les questions des énergies fossiles et l'avenir des énergies renouvelables, a affirmé le ministre de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement, Abdelkader Amara. Le Maroc a été choisi, lors de la 10-ème édition de la conférence arabe de l'énergie, qui s'est tenue du 21 au 23 courant à Abou Dhabi, pour abriter en 2018 la prochaine édition de ce conclave régional sous le thème de "l'énergie et la coopération arabe". Dans une déclaration à la MAP, le ministre a indiqué que cette conférence sera une opportunité propice pour examiner les questions de l'énergie fossile, à la lumière de la baisse actuelle des prix des produits énergétiques et la réaction des marchés et des investisseurs, ainsi que la demande sur le pétrole l'horizon de 2050. M. Amara a ajouté que ce conclave permettra de débattre des questions relatives aux énergies renouvelables pour que les pays arabes deviennent des leaders en la matière comme c'est le cas pour la production du pétrole et du gaz, relevant l'existence de réelles potentialités au niveau de l'énergie solaire et éolienne.

Il a mis en avant que le Maroc dispose d'une capacité d'exposition solaire de 6,5 KWh au mètre carré par jour et de 25.000 Mégawatt (MW) pour l'énergie éolienne sur la terre ferme et 250.000 en mer. Le ministre a fait remarquer que la tenue de la 11ème Conférence arabe de l'énergie au Maroc en 2018 coïncide avec le lancement de la production d'un certain nombre de stations solaires et éoliennes susceptibles de générer 2.500 MW d'origine propre, permettant ainsi au Maroc de devenir un pays producteur. Le monde parie sur les énergies renouvelables pour retrouver l'équilibre de la planète et lutter contre les changements climatiques pour protéger l'environnement, a-t-il noté. Organisée en partenariat avec l'Organisation des pays arabes exportateurs de pétrole (OPAEP), la Ligue arabe et le Fonds arabe pour le développement économique et social (FADES), la Conférence arabe de l'énergie vise à débattre des évolutions que connait actuellement le marché du pétrole et du gaz naturel et leur impact sur le secteur de l'énergie dans le monde arabe. Les participants à cette rencontre, dont des experts et des représentants de compagnies pétrolières, gazières et énergétiques arabes et internationales, se sont penchés également sur les perspectives d'investissements nécessaires au développement du secteur dans les différents pays arabes ainsi que sur des questions liées aux sources d'énergie dans le monde arabe et à l'international, à la rationalisation de la consommation d'énergie, à l'environnement et au développement durable.

(MAP)