EFFICACITE ENERGETIQUE

« L’efficacité énergétique est la quatrième ressource énergétique »
« Consommer moins et mieux »


La Stratégie Énergétique Nationale adoptée en 2009 considère l’efficacité énergétique comme priorité nationale visant la réalisation de 12% d’économie d’énergie à l’horizon 2020 et 15% à l’horizon 2030.

Pour atteindre cet objectif, le Ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement a mis en place des programmes et des réformes législatif et réglementaire en vue d’introduire les techniques d’efficacité énergétique au niveau des secteurs clés de l’économie nationale.

Programmes d’efficacité énergétique

Application de l’horaire GMT+1

L’horaire GMT+1 s’applique au Maroc depuis 2008 durant l’été afin d’améliorer la marge de réserve électrique pendant les heures de pointe.

Cette mesure institutionnelle a été adoptée par décret n° 781-13-2du 21 Dou Al Kiada 1434 (28 septembre 2013) fixant la période de cet horaire qui s’étale du mois d’avril jusqu’au mois d’octobre de chaque année à l’exception du mois du Ramadan.

Au titre de l’année 2014, les gains en puissance ont atteint 92 MW et les économies d’énergies globales ont enregistré 29,5 GWh, permettant ainsi d’éviter des rejets en CO2 de l’ordre de 27 658 tonnes.

Programme National de généralisation des Lampes à Basse Consommation (LBC)

Après l’installation de 6 millions de Lampes à Basse Consommation, la distribution de 9 millions de lampes par une nouvelle génération de LBC plus performante est en cours de réalisation et sera financée dans le cadre de la Coopération Allemande.

En terme d’impact, l’effacement durant la pointe due à la distribution de 5 millions de LBC, a été estimé à 182 MW, soit environ 3,3% de la pointe nationale et les économies d’énergie ont atteint 450 GWh.

Efficacité énergétique au niveau des mosquées

Le programme de mise à niveau énergétique des mosquées qui vise 15000 mosquées, s’inscrit dans le cadre de la convention signée entre le Ministère de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l'Environnement, le Ministère des Habous et des Affaires Islamiques, la Société d’Investissements Energétiques et l'Agence Nationale pour le Développement des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique.

Ce programme répond à un double objectif : la sensibilisation aux techniques d’efficacité énergétique des citoyens et la réduction de la consommation énergétique des mosquées par l’introduction de l’éclairage économique, des chauffe-eaux solaires, de la gestion thermique de la mosquée ainsi que le recours de solutions photovoltaïques pour la production d’électricité.

Les réalisations ont porté sur :

  • Le lancement d’une phase pilote de 100 mosquées sur la période de 2015-2017 qui ont bénéficié d’un diagnostic énergétique dans un premier temps (la mosquée Assonna: projet pilote de ce programme) ;
  • Un atelier d’information sur les ESCO’s opérant dans le secteur des bâtiments publics en particulier les mosquées a été organisé les 1 et 2 septembre 2015 ;
  • Un appel à manifestation d’intérêt a été lancé par la SIE pour la sélection des entreprises de service énergétique qui prendront en charge l’équipement des mosquées dans le cadre de la première phase ;
  • Un plan de sensibilisation et de communication est en cours de finalisation.

Efficacité énergétique au niveau de l’éclairage public

Dans le domaine de l’éclairage public, des mesures et des actions ont été initiées pour installer des équipements permettant de réaliser des économies en énergie (lampes LED, stabilisateurs..).

Après la réalisation d’un projet pilote d’éclairage public alimenté par l’énergie solaire au niveau de la région de Fès, l’année de 2015 a connu la mise en place de la première Société de Développement Local (SDL) à Salé dans le cadre du modèle du Partenariat Public Privé (PPP) pour la gestion de l’éclairage.

Les missions de la SDL de Salé à travers le modèle PPP consistent à :<:p>

  • Rénover les installations d’éclairage public de la ville,
  • Elargir le réseau et généraliser l’éclairage public à l’ensemble du territoire Urbain ;
  • Alléger l’impact de la facture énergétique sur le budget Communal (en consommation et en maintenance) ;
  • Mettre en place une maintenance préventive et curative garantissant des équipements maintenus dans des conditions techniques et économiques optimales.

La réussite de ce modèle permettra de le généraliser à d’autres villes marocaines.

Programme de régionalisation « Jiha-Tinou »

Le programme d’approche régionale (Jiha-Tinou) vise pour la première phase (2012-2014) le développement des programmes des énergies renouvelables et le renforcement de l’efficacité énergétique dans des communes pilotes d’Agadir, Chefchaouen et Oujda.

Ce programme a permis l’appui à la création de structures locales de gouvernance énergétique, visant notamment l’accompagnement des élus, de cadres et d’agents techniques communaux pour la mise en œuvre d’une planification énergétique communal ainsi que la réalisation de 17 projets de démonstration.

Les principales réalisations ont portées sur les actions suivantes :

  • Mise à niveau énergétique de l'éclairage public communal ;
  • Projet pilote Installation PV au siège commune : Installation solaire photovoltaïque (PV) sur le bâtiment tertiaire ;
  • Elaboration du plan de déplacement administratif ;
  • Création de la SDL énergie renouvelable pour une décharge ;
  • Installation d’un Espace Info Energie, opérationnel ;
  • Chauffage de la piscine municipale par PV.

La deuxième phase (2015-2017) permettra, à partir d’un Appel à candidature, de renforcer et de formaliser le partenariat entre la Commune, la Province, la Région et l’Etat, ainsi qu’avec les organismes du secteur privé, académique et associatif, qui forment les structures locales d’appui à JihaTinou. Cette phase devrait permettre également l’adhésion au processus JihaTinou d’au moins 7 nouvelles villes.

En guise de complément de Jihatinou, le projet « Villes Vertes » qui vise le renforcement des compétences méthodologiques et techniques nécessaires au développement durable urbain dans les villes du Maroc » est en cours de préparation dans le cadre de la coopération avec la GIZ. Ce projet a pour objectif :

  • L’intégration de la planification énergétique au niveau de la planification communale et de l’aménagement urbain;
  • Le renforcement des compétences communales pour la réalisation des projets concrets issus de la planification communale;
  • L’implication des entreprises locales en EE & ER.

Les communes suivantes ont été présélectionnées : Agadir, Beni-Mellal, Benslimane, Chefchaouen, Oujda, Ouarzazate, Rabat, Tétouan et Marrakech.

Projet d’Eco-quartier d’Ouarzazate

La réalisation de projet pilote d‘Eco-quartier au niveau de la ville d’Ouarzazate, qui s’inscrit dans le cadre de la coopération avec la GIZ vise l’intégration de mesures d’efficacité énergétique et énergies renouvelables au niveau de la rénovation de l’infrastructure du quartier. Ce programme a pour objectifs:

  • Préparer la réalisation d’un démonstrateur « grandeur nature » à même de contribuer à la sensibilisation des populations aux énergies durables ;
  • Renforcer les capacités des acteurs locaux en matière d’efficacité énergétique et énergies renouvelables urbaines ;
  • Réaliser un référentiel pour la mise en œuvre d’autres projets qui pourront suivre la même approche (processus, activités,…).

Les axes de développement du projet reposent sur la sélection, la réalisation de diagnostique énergétique du quartier avec l’identification des mesures d’efficacité énergétique et des solutions d’énergies renouvelables et le renforcement de capacités.

Une mission de prospection pour l’identification du quartier, a été réalisée en juin 2015 et a permis la définition des critères de sélection de l’éco-quartier qui concernent la représentativité, la mixité sociale, les types de bâtiment, les espaces verts, le patrimoine culturel, le potentiel d’Economie d’énergie et l’existence et motivation d’associations locales.

Dans ce cadre, des contacts ont eu lieu avec les acteurs locaux pour identifier :

  • Les actions potentielles de mise à niveau urbaine, énergétique prenant en considération les besoins spécifiques des habitants ;
  • Besoins de sensibilisation des populations aux énergies durables ;
  • Besoins de Renforcement des capacités des acteurs locaux en matière d’efficacité énergétique et énergies renouvelables urbaine.

Le choix du quartier qui est à valider par les parties prenantes est conditionné par une bonne illustration de pratiques de gestion durable de l’énergie par l’habitant du quartier. Il permettra également un excellent rayonnement du projet au niveau local, régional et national.