Utilisation des techniques nucléaires au Maroc

Au Maroc, les sources de rayonnements ionisants sont utilisées principalement dans les secteurs suivants :

  • la Santé, à travers le radiodiagnostic, la médecine nucléaire et la radiothérapie ;
  • l’industrie, à travers la radiographie gamma, les jauges et les traceurs,
  • l’enseignement et la recherche,
  • l’agriculture, à travers notamment l’irradiateur de l’Institut National de la Recherche Agronomique de Tanger ;
  •  l’énergie, la stratégie énergétique nationale prévoyant, en termes de diversification, l’exploration d’options alternatives dont l’option électronucléaire projetée au-delà de 2030.

La première installation nucléaire du Maroc a vu le jour à travers le réacteur nucléaire de recherche et les laboratoires y associés, réalisée par le Centre National de l’Energie, des Sciences et des Techniques Nucléaires et basée au Centre d’Etudes Nucléaires (CEN) de la Maâmora.

La sûreté et la sécurité des matières radioactives y compris les matières nucléaires, étant devenue une préoccupation importante dans l‘ensemble des pays. Les références internationales invitent tous les pays à prendre, conformément à leur cadre législatif et réglementaire, les mesures appropriées pour assurer une indépendance effective entre les fonctions de réglementation et de contrôle et les fonctions d’utilisation et de promotion.

Pour ce faire, l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) a mis en place divers instruments juridiques, ainsi que des normes pour être adoptés par ses Etats membres.

Découlant de ces dispositifs juridiques et de ces normes, certains principes fondamentaux méritent d’être récapitulés :

  • L’établissement d’un cadre législatif et réglementaire, régulant l’ensemble des activités et des installations mettant en œuvre des sources de rayonnements ionisants. Ce cadre doit prendre en considération tous les aspects liés à la sûreté nucléaire, à la sûreté radiologique, à la gestion des déchets radioactifs, au transport des matières nucléaires et radioactives, à la sécurité et la protection physique desdites matières ainsi qu’aux garanties et à la non-prolifération ;
  • La séparation entre les fonctions de promotion et d’utilisation des sources de rayonnements ionisants et les fonctions de contrôle et d’autorisation de ces sources ;

La mise en place, de ce fait, d’une Agence dotée des ressources humaines, matérielles et financières nécessaires et appelée à intégrer les attributions actuellement dévolues, en matière de contrôle, aux ministères chargés de l’Energie et de la Santé.

Par ailleurs, le MEMEE a mis mise en place en 2009 un Comité de Réflexion sur l’Electronucléaire et la Dessalement de l’Eau de mer par voie nucléaire (CRED) et ce, afin d’évaluer les capacités législative, institutionnelle, humaine et technique nationales, requises pour un programme électronucléaire pour le long terme,

Le CRED a élaboré en 2010 un rapport d’évaluation des infrastructures nucléaires nationale. Le MEME a sollicité, en Mars 2013, l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA) pour l’organisation d’une mission INIR (Integrated Nuclear Infrastructure Review Mission) au Maroc et ce, pour procéder à une évaluation des infrastructures nucléaires nationale. A cet effet, le CRED a préparé un rapport d'auto-évaluation (SER), basé sur la méthodologie de l'AIEA, en utilisant le rapport qu’il a élaboré en 2010. Le SER a été envoyé à l'AIEA en Septembre 2015. La Mission INIR été menée par l'AIEA du 19 au 26 Octobre 2015.