Réalisations pour le renforcement de la Capacité de Production et du transport électriques (2009 – 2015)

La demande nationale en énergie primaire a augmenté en moyenne de près de 5% pendant ces dernières années, tirée par la croissance de la consommation électrique qui a augmenté en moyenne de 6,5% par an en raison de la quasi généralisation de l’électrification rurale et du dynamisme de notre économie et surtout la politique des grands chantiers en infrastructures, industrie, agriculture, tourisme, logement social, etc.

Pour satisfaire cette demande énergétique croissante, une stratégie énergétique a été adoptée en 2009, sous les Hautes Orientations de Sa Majesté Le Roi et qui s’appuie sur les objectifs majeurs suivants :

  • Généraliser l’accès à l’énergie à des prix optimisés,
  • Mobiliser les ressources énergétiques nationales, principalement les potentialités importantes en énergies renouvelables,
  • Promouvoir l’efficacité énergétique,
  • Intégrer le Maroc dans le système énergétique régional,
  • Appliquer en amont des dispositifs de préservation de l’environnement dans toutes les activités énergétiques.

Cette stratégie a été déclinée en feuille de route traduite en plans, programmes et projets clairs et précis.

La première phase de la stratégie énergétique nationale a été réalisée avec succès et a permis de rétablir l’équilibre entre l’offre et la demande électriques et de mettre en place les réformes législatives, institutionnelles et réglementaires nécessaires pour l’accompagnement des programmes et projets lancés dans le cadre de la stratégie énergétique nationale.

Ainsi, une capacité additionnelle de 2760 MW a été réalisée entre 2009 et 2015.

  1. Production de l’électricité (2760 MW réalisé)

    Les principaux projets concernant l’offre sont les suivants :

    • La centrale Diesel de Tan Tan d’une puissance de 116 MW, mise en service en 2009.
    • La Turbine à Gaz de Mohammedia d’une puissance de 300 MW, mise en service en décembre 2009.
    • Le Parc Éolien de Tanger d’une puissance de 140 MW. la partie Dhar Saâdane (107 MW) du parc éolien de Tanger a été mise en service progressivement à partir d’avril 2009, alors que la mise en service de la partie Béni Mejmel (33 MW) a eu lieu en 2011.
    • La centrale thermo-solaire à cycle combiné intégré d’Ain Béni Mathar d’une puissance de 472 MW, mise en service en 2010.
    • Le complexe hydraulique de Tanafnit El Borj d’une puissance de 40 MW. La mise en service du complexe a eu lieu en 2009 pour Tanafnit et 2010 pour El Borj.
    • L’Extension de la Centrale Diesel de Dakhla d’une puissance de 16,5 MW, mise en service en 2009.
    • La Turbine à Gaz de Kenitra d’une puissance de 315 MW, mise en service en juillet 2012.
    • Le Parc Eolien de TARFAYA d’une puissance de 300 MW. La mise en service totale du projet a eu lieu le 08/12/ 2014
    • L’extension de la centrale de Jorf Lasfar de deux unités de 5 et 6 d’une puissance totale de 700 MW. La mise en service totale du projet a eu lieu en Avril 2014
  2. Transport électrique

    La période 2009 – 2014 a connu la réalisation de 3 753 Km de lignes très haute et haute tensions. Ainsi, le total des lignes de transport très haute et haute tensions a atteint 23 331 Km à fin 2014.

Perspectives du renforcement de la capacité de production et du transport électriques (2016 – 2020)

Production

Les principaux projets concernant l’offre durant la période 2016-2020 sont les suivants :

  • Extension de la centrale diesel de Dakhla (16.5 MW)

    Ce projet consiste en l’extension de la Centrale Diesel de Dakhla par un cinquième groupe diesel d’une puissance de 16,5 MW, le coût du projet est estimé à 270 Millions MAD, pour une mise en service en 2016.

  • Groupe Diesel de Laayoune (72 MW)

    Le projet est constitué de quatre groupes diesel d’une puissance unitaire de 18 MW. Le coût du projet est estimé à 860 Millions MAD, pour une mise en service en 2016.

  • Parc éolien de JBEL KHELLADI (120 MW)

    D’une puissance de 120 MW, ce parc éolien est développé par le privé dans le cadre de la loi n° 13-09 sur les énergies renouvelables. Le coût du projet est estimé à 2118 Millions MAD, pour une mise en service prévue en 2016.

  • Parc éolien d’AKHFENNIR (100 MW)

    D’une puissance de 100 MW, ce parc éolien est développé par le privé dans le cadre de la loi n° 13-09 sur les énergies renouvelables. Le coût du projet est estimé à 1765 Millions MAD, pour une mise en service prévue en 2016.

  • Projet de centrale solaire photovoltaïque NOOR TAFILALT (100 MW)

    Le projet solaire photovoltaïque NOOR TAFILALT est constitué de 3 centrales d’une puissance unitaire moyenne de 25 MW chacune, et d’une puissance totale minimale de 75 MW extensible à 100 MW. Le coût du projet est estimé à 1600 Millions MAD. Des études environnementales pour les Centrales solaires NOOR Tafilalt ont été lancées. L’appel d’offres pour la pré-qualification des soumissionnaires est en cours d’évaluation, la liste des soumissionnaires pré-qualifiés sera publiée au début de 2016.

  • Projet de centrale solaire photovoltaïque NOOR ATLAS (200 MW)

    Le Projet de centrale solaire photovoltaïque NOOR Atlas d’une puissance totale de 200 MW, à développer en EPC et sera constitué de 8 centrales solaires photovoltaïques d’une puissance unitaire de 10 à 30 MWc. Le coût du projet est estimé à 3450 Millions MAD.

  • Parc éolien de TAZA (150 MW)

    Le coût du projet est estimé à 2411 Millions MAD, pour une mise en service prévue en 2017. Le contrat PPA du projet a été signé le 25 juillet 2013, et l’opération d’acquisition des terrains a atteint, à fin mars 2015, environ 86% en nombre de parcelles traitées par l’ONEE.

  • Projet Eolien Intégré 850 MW

    Le Projet Eolien Intégré 850 MW consiste en le développement, le financement, la construction, l’exploitation et la maintenance d’une puissance totale installée de 850 MW, répartie sur cinq parcs éoliens, à savoir :

    • Parc éolien de MIDELT (150 MW) dont la mise en service est prévue en 2017.
    • Parc éolien de TISKRAD (300 MW) dont la mise en service est prévue en 2017-2018.
    • Parc Eolien de Tanger II (100MW) dont la mise en service est prévue en 2018.
    • Parc éolien de Jbel Lahdid (200MW) dont la mise en service est prévue en 2019.
    • Parc Eolien de Boujdour (100 MW) dont la mise en service est prévue en 2020.

    L’ouverture des plis commerciaux a eu lieu le 7 décembre 2015. Le choix de l’adjudicataire est prévu pour le début 2016.

  • Extension de la centrale à charbon de Jerrada 320 MW

    Le coût du projet est estimé à 3031 Millions MAD, pour une mise en service prévue en 2017. Le contrat de réalisation de la centrale a été signé en juillet 2013. L’ordre de service a été notifié le 13 octobre 2014. L’ouverture du chantier a été faite le 19 novembre 2014 et les travaux Génie Civil ont démarré le 31 décembre 2014.

  • Centrale à charbon de Safi (2x693 MW)

    Programmée dans l’objectif de satisfaire l’accroissement de la demande du pays en énergie électrique, elle permettra de satisfaire environ 25 % de la demande à l’horizon 2018. Le coût du projet est estimé à 23 000 Millions MAD, pour une mise en service prévue en 2018. Concernant le projet du nouveau port de Safi et de son quai charbonnier nécessaire pour l’approvisionnement de la centrale en charbon, sa mise en service interviendra à fin 2017.

  • Centrale à charbon de Nador (2x693 MW)

    La centrale à charbon de Nador d’une puissance de 1386 MW est programmée dans l’objectif de satisfaire l’accroissement de la demande du pays en énergie électrique au delà de 2020.

  • STEP Abdelmoumen 350 MW

    La Station de Transfert d’Energie par Pompage d’ Abdelmoumen d’une puissance de 350 MW est la deuxième STEP à réaliser après celle d’Afourer d’une puissance 464 MW. Elle sera située en queue de retenue du barrage Abdelmoumen. Le coût du projet est estimé à 2400 Millions MAD pour une mise en service en 2020.

  • Complexe hydraulique d’El Menzel (125MW)

    Le projet du Complexe hydroélectrique d’El Menzel d’une puissance de 125 MW s’inscrit dans le cadre du développement des ressources hydrauliques nationales. Compte tenu des apports intermédiaires entre le barrage de M’DEZ et celui de Aïn Timedrine, l’ONEE étudie les possibilités de son redimensionnement pour tenir compte des nouveaux débits entrants en coordination avec la Direction des Aménagements Hydrauliques et l’Agence du Bassin Hydraulique de Sebou. Le cout du projet est estimé à 2130 Millions MAD. La mise en service est prévue pour 2020.

Transport

En vue d’accompagner les projets de production, de renforcer la sécurité d’alimentation du pays et de participer à l’intégration régionale, l’ONEE entreprend un programme important de développement de son réseau de transport d’électricité.

Le plan d’actions pour le développement des réseaux de transport et de répartition s’articule autour des principales composantes suivantes :

  1. Réseau 400 kV et interconnexions

    Les projets prévus dans le cadre du développement du réseau 400 kV pour la période 2015-2020 sont comme suit :

    • le raccordement de la future centrale à charbon de Safi ;
    • le raccordement de la nouvelle tranche de 320 MW à Jerada ;
    • le raccordement du Parc éolien de Tiskrad ;
    • le raccordement de la ville de Dakhla ;
    • le raccordement des centrales solaires NOOR MIDELT et NOOR TATA,
    • le renforcement des interconnexions ;
    • l’extension du réseau 400 kV.

    Ces projets nécessitent la réalisation de 3040 km de lignes 400 kV et près de 4500 MVA de puissance de transformation 400/225 kV.

  2. Réseau 225 kV

    Les principaux projets prévus dans le cadre du développement du réseau 225 kV sont donnés ci-après:

    • Raccordement en 225 kV des futurs ouvrages de production
      Il s’agit de l'infrastructure nécessaire à l’évacuation de la puissance des futurs moyens de production thermique, éolien, solaire et hydroélectrique en cours de réalisation ou programmés dans le plan d’équipement à moyen et long termes notamment :
      • les parcs éoliens de Jbel Khalladi, Akhfenir, Taza, Midelt , Tanger II et Jbel Lahdid;
      • la centrale solaire d’Ouarzazate.
      • les centrales solaires PV de Laâyoune et Boujdour.
    • Poursuite de l’extension du réseau 225 kV au reste du territoire national
      Les infrastructures nécessaires pour le raccordement des centrales de production, l'extension du réseau, le renforcement et la création de nouveaux postes THT/HT nécessitent la réalisation de 1 290 km de lignes 225 kV et près de 3 200 MVA de puissance de transformation 225/60 kV.

  3. Réseau de répartition 60 kV

    Les principaux projets prévus dans le cadre du renforcement du réseau 60 kV porteront sur 1150 km environ de lignes 60 kV.
    D'une manière générale, le réseau de transport (en particulier le réseau de répartition 60 kV) devra être adapté continuellement à la structure de la production, à la répartition de la consommation et à la localisation des futurs clients. De ce fait, sa consistance sera réajustée au fur et à mesure de la réalisation des objectifs arrêtés dans le cadre de la planification du réseau de transport.