SUIVI DES PROJETS DE DEVELOPPEMENT DE L’INDUSTRIE DES PHOSPHATES ET DES AUTRES MINERAIS ET METAUX

  • Industrie des phosphates

    En vue de permettre une meilleure valorisation des ressources stratégiques marocaines en phosphates, le Groupe OCP a adopté, depuis 2009, une nouvelle stratégie visant à conforter sa position de leader sur le marché mondial tout en favorisant sa croissance sur les produits transformés et en maintenant une position équilibrée et flexible en fonction de la demande.

    Cette nouvelle stratégie repose sur 3 leviers portant sur :

    • l’augmentation des capacités de production visant un objectif de 50 MT en 2025 en vue d’assurer une offre compétitive et flexible,
    • le développement en partenariat des unités de transformation dédiées aux marchés en croissance
    • le renforcement de la compétitivité du Groupe par la réduction des coûts opérationnels.

    Ainsi, les leviers porteurs de cette nouvelle stratégie se déclinent comme suit :

    • une augmentation de la capacité de production pour passer de 28 MT en 2011 à 50 MT à l’horizon 2025 par l’ouverture de nouvelles mines et la construction de nouvelles unités de traitement (laveries Merah Lahrach, EL Hallassa et Ouled Fares) ;
    • le renforcement de la capacité de transport à travers le « slurry pipeline » permettant la réduction des coûts de transport ;
    • l’accroissement de la capacité de valorisation et de transformation des phosphates moyennant la construction de 2 unités de granulation des engrais et la création de 4 unités industrielles dédiées à la production d’acide phosphorique et d’engrais dans l’objectif de faire de Jorf Lasfar une plateforme mondiale de la chimie des phosphates destinée à accueillir les investissements directs étrangers. De même, le site de Safi est en cours de développement pour l’ériger en hub intégré de valorisation et de traitement des phosphates.

    Les programmes et projets structurants de cette nouvelle stratégie consistent en :

    • un programme d’équipement pour l’augmentation de la capacité d’extraction et de traitement des phosphates (ouverture de 4 mines, construction de 4 laveries, pipeline, etc.) et le renforcement et l’adaptation de l’outil industriel de transformation chimique ;
    • une stratégie commerciale reposant sur un réseau de représentation commerciale et de veille à l’international, la conclusion de partenariats pour la réalisation d’unités de transformation visant les marchés en croissance (Brésil…) et la promotion des marchés émergents notamment en Afrique ;
    • une stratégie de renforcement de la compétitivité du Groupe par la réduction des coûts fixes et la mobilisation du personnel pour une plus forte productivité (opération Iqlaâ, formation, etc.).

    La mise en œuvre de cette nouvelle stratégie requiert la réalisation, par le Groupe OCP, d’un plan de développement ambitieux évalué, à 188 MMDH à l’horizon 2025.

    Le montant des investissements corporels avait augmenté de 75% en 2013 (18,8 MMDH) par rapport à 2012 (10,6 MMDH). Cette évolution résulte de l’avancement de plusieurs projets importants dont le pipeline de transport de phosphate de Khouribga à Jorf Lasfar, la laverie El Hallassa, la réalisation d’une unité de filtration et de séchage de la pulpe, l’adaptation de l’atelier phosphorique MP 3&4 et ligne E (adaptation à l’usage de la pulpe de phosphate) ainsi que les 4 unités de granulation d’engrais.

    A cet égard, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a procédé, le 2 octobre 2014, au complexe industriel de Jorf Lasfar, à l’inauguration de la station terminale du slurry pipeline reliant Khouribga à Jorf Lasfar, de la première usine d’acide phosphorique alimentée par la pulpe de phosphate et d’un Centre de compétences industrielles, réalisés pour un investissement global de plus de 5,5 MMDH.

    En termes d’impact, le slurry pipeline permettra d’acheminer, vers les unités de valorisation à Jorf Lasfar, 38 millions de tonnes de phosphate, d’accompagner le doublement des capacités de la mine et d’assurera une grande amélioration de la flexibilité de la chaine de production et logistique, tout en réduisant le coût du phosphate rendu à Jorf Lasfar de 45%. Ce procédé générera, également, une économie de près de 3 millions m3 d’eau annuellement suite à la conservation de l’humidité naturelle de la roche. Le Slurry Pipeline aura également un impact positif sur l’empreinte carbone en réduisant les émissions CO2 de 930 Kt/an et permettra une économie de fuel de 160.000 tonnes par an.

    Concernant le budget d’investissement de 2014 (29,5 MMDH), il a porté essentiellement sur la poursuite des projets de développement des infrastructures minières, les extensions et la maintenance des unités industrielles chimiques et les activités support.

  • Autres produits miniers

    L’année 2014 a été principalement marquée par la poursuite des projets de développement suivants:

    • L’avancement des travaux de finalisation de l'étude de faisabilité du projet Bouskour (Cuivre)
    • L’avancement dans les travaux de certification des ressources et l’élaboration de l’étude de faisabilité du projet Tizert, dont les ressources géologiques sont estimées à environ 238 KTM.
    • Le démarrage de la mine de cuivre d’Oumjrane : Ce projet concerne la production de concentré Cuivre par mines souterraines et une usine de traitement par flottation dans le site de Bounhas. La durée de vie estimée est d’environ 12 ans. Le projet est d’une capacité de production 330 000 tonnes de minerai par an à 2.5% Cu. L’investissement initial est de 394Mdh.
    • L’entrée en production de la mine d’argent de Zgounder : Il s’agit de la réouverture par le Groupe canadien Maya Gold and Silver de la mine d’argent de Zgouder. Cette mine a fait couler ses premiers lingots d’argent métal moyennant un investissement de 200 MDH et 170 emplois.

    Le dynamisme que connait actuellement le paysage minier national est également perceptible à travers les projets suivants:

    • Projet Bou Maadine : Ce projet concerne la reprise de l’activité dans la mine polymétallique de Boumadine (Au, Ag, Zn, Pb, Cu) dans le cadre d’une convention signée entre Maya Gold and Silver Inc (80%) et l’ONHYM (20%) dans le but d’explorer et de développer le gisement de Boumadine. Ce projet dont la mise en production est prévu en mars 2017 porte un investissement de 345 MDH (120 MDH en phase de recherche développement et 225 MDH en phase d’exploitation),
    • Projet Achemmach : Le gisement stannifère d’Achmmach (Province d’El Hajeb), découvert par le BRPM en 1985 a fait l’objet d’une cession à Kasbah Ressources (Australie) en 2005. Ce projet table sur un investissement global de 220 Millions et une capacité de production de 6.000 t/an de concentrés d’étain titrant 50-55% Sn.

    D’autres projets à l’international se développent:

    • Projets d'or au Soudan
    • Projets Pumpi-Kamassani en RDC
    • Projet d’Or Etéké au Gabon
    • Projet d’Or au Congo
    • Autres projets au Burkina-Faso, en Guinée et en Ethiopie