RECHERCHE MINIERE

En matière de recherche minière, des efforts importants ont été consentis aussi bien par l’Office National des Hydrocarbures et des Mines (ONHYM) que par les sociétés minières privées pour le renouvellement des réserves des mines en exploitation et la recherche de nouveaux indices et gisements.

Pour l’ONHYM, les travaux de recherche minière ont concerné les métaux précieux, les métaux de base et les roches et minéraux industriels.

  • Métaux précieux
    • Lahjeyra (REE, Nb, Mo, Au)

      Le projet de Lahjeyra (Province d’Awserd) est situé à environ 100 km au sud de la ville de Dakhla. Les résultats d’analyses chimiques ponctuels atteignent 0,57% Ce, 0,29% La et 0,56% Nb. Les travaux d’exploration minière se sont poursuivis surtout au Nord par le contrôle géologique des anomalies sol par cartographie géologique au 1/25000 sur une superficie de 20 km² et par le prélèvement de 1620 échantillons roche. Les résultats des 871 échantillons analysés montrent des teneurs qui atteignent 7% REE. On note également des teneurs en Yttrium (terre rare lourde) qui avoisinent 1144 ppm. Il faut également mentionner des teneurs relativement élevées en Thorium (élément pénalisant) qui peuvent atteindre 1600 ppm. La deuxième campagne de 5 sondages, programmée pour l’année 2014 a été réalisée avec un métrage total de 946,80m. Les résultats des sondages LHS6 et LHS7 montrent les moyennes de 0,66% ∑REE, 666 ppm Th sur 204 m pour LHS6 et 0,36% ∑REE, 401 ppm Th sur 26 m pour LHS7. Les autres sondages sont en cours d’analyses.

    • Laknouk (Au)

      L’objectif de Laknouk (Province d’Awserd) est situé à environ 130 km au Sud de la ville de Dakhla et correspond à un champ filonien de direction globale N90 à N110 qui traverse des schistes métamorphisés. Ces filons sont formés par du quartz blanc ou fumé avec présence d’oxydes de fer, de dimension pouvant atteindre 200 m de long et 6 m de puissance. Un échantillonnage de roche préliminaire a donné des teneurs de l’ordre de 1,5 g/t Au. Les résultats d’analyses des tranchées confirment ces teneurs qui peuvent atteindre 16 g/t Au sur 0,5 m. Une campagne de six sondages carottés totalisant 696,30 m a été réalisée en 2013. Tous les sondages ont recoupé l’aval des structures recherchées mais les résultats d’analyses sont faibles (<100 ppb Au). Les travaux de prospection géologique se sont poursuivis au cours de l’année 2014 au Sud et au Nord de Laknouk par cartographie géologique au 1/25000 sur une superficie de 40 km² et par échantillonnage lithogéochimique des structures susceptibles d’être minéralisées, ainsi 384 échantillons de roche et 89 échantillons sol ont été prélevés pour analyse chimique. Les résultats obtenus restent faibles et ne justifient pas la réalisation d’une deuxième campagne de sondages. Les échantillons sol montrent plusieurs anomalies en cuivre et or (jusqu’à 966 ppm Cu et jusqu’à 48 ppb Au).

    • Jbel Lahouanit (Au)

      Dans le projet Jbel Lahouanit (province de Bouarfa), les recherches se sont poursuivies en 2014 par la réalisation d’un levé de géochimie sol dans des zones couvertes par les sédiments quaternaires afin de localiser d’éventuelles minéralisations aurifères cachées. Le nombre de prélèvements géochimiques a totalisé 552 échantillons et celui des prélèvements roches a totalisé 561 échantillons, effectués suivant des profils lithogéochimiques dans la partie ouest de la zone du projet. En parallèle, des levés géologiques ont été réalisés à différentes échelles : au 1/10000 sur une superficie d’environ 15 km², au 1/2000 sur une superficie de 210 ha et au 1/100 sur des structures de direction N90° et N170°. Les échantillons de géochimie sol ont donné des teneurs qui peuvent atteindre 32 ppb Au, 106 ppm Cu, 156 ppm Zn et 3% Fe. Les résultats des échantillons prélevés à partir d’une structure de grès bréchifiés et broyés d’une extension d’une centaine de mètres et de puissance métrique de direction N120° ont donné des teneurs en or allant jusqu’à 1,5 g/t avec 80 ppm Ag, 2,2 % Cu, et 5,5% Pb, et une structure de direction N 25° d’une puissance de 1 à 4 mètres et une extension visible de 90 mètres a donné des teneurs atteignant 3,9% Cu, 0,7% Zn, 0,2% Pb et 41% Fe.

    • Bas Draa hyperspectrale (or-polymétallique)

      Le projet Bas Draa hyperspectrale, situé à cheval sur les provinces de Guelmim, Tan Tan et Assa Zag, couvre une superficie d’environ 2900km² englobant le socle précambrien de la boutonnière du Bas Draa et une partie de sa couverture qui ont fait l’objet de la campagne aéroportée hyperspectrale en 2012.

      En 2014, les travaux réalisés ont concerné les cibles situées dans la partie centrale et orientale de la boutonnière. Ces travaux ont consisté en un levé géologique au 1/25000 sur une superficie de 34 km² et le prélèvement de 213 échantillons de roche. Les analyses chimiques de ces échantillons prélevés n’ont pas montré de teneurs significatives.

    • Kerdous hyperspectrale (or-polymétallique)

      Le projet Kerdous hypespectrale est situé à cheval sur les quatre provinces de Tata, Tiznit, Taroudant et Chtouka Ait Baha et couvre une superficie d’environ 7300 km². Le projet a pour but le contrôle géologique des cibles mises en évidence par le levé aéroporté hyperspectral réalisé en 2012 et 2013.

      Les travaux réalisés en 2014 ont concerné les cibles hyperspectrales situées dans le domaine minier de l’ONHYM ne faisant pas partie de la convention avec Newmont. La bordure sud-ouest du lobe occidental de la boutonnière de Kerdous a fait l’objet d’une cartographie au 1/25000 sur une superficie d’environ 9,24 km², couplée au prélèvement de 132 échantillons dont les résultats d’analyse chimique sont indiciels en or (<0,1 g/t Au) et ne dépassent pas 0,1 % Pb et 0,1% Zn.

    • Takenzart (or)

      Le projet de Takenzart est situé dans la région de Ain Leuh (province d’lfrane), accessible à partir de la route principale reliant les villes de Khenifra à Azrou. Il vise le contrôle géologique des anomalies géochimiques alluvionnaires où l’analyse chimique des concentrés de batée a donné des pics de teneurs de 234 g/t, 147,7 g/t et 36,3 g/t Au. Il est inscrit dans les formations de l’Ordovicien qui affleurent à l’Est du massif hercynien central. Les travaux entrepris sur ce projet ont consisté en un levé géologique au 1/10000 sur une superficie d’environ 30km², couplé à 89 prélèvements de roche pour lesquels les résultats d’analyses chimiques obtenus jusqu’à présent sont indiciels (100 ppb Au).

  • Recherche générale (Métaux précieux)
    • Recherche générale dans la zone sud (RG-SZS)

      La recherche générale des métaux précieux dans la zone sud s’est poursuivie en 2014 et a concerné le contrôle géologique des anomalies Or dans le secteur de Madnat As Sadra, Lahjayra Lbaida et Aghracha situées au niveau de l’unité axiale de la chaine protérozoïque d’Adrar Souttouf et le secteur d’Al Aggaya et Ouday Çfa dans la partie Ouest. Les travaux réalisés ont consisté en un contrôle géologique des anomalies sol à or et terres rares par cartographie géologique au 1/25 000, échantillonnage lithogéochimique et tranchées de reconnaissance. Au total 661 échantillons de roche et 671 échantillons sol sont prélevés avec la réalisation de quelques petites tranchées. Les résultats d’analyses chimiques des échantillons de roche prélevés au NW d’Al Malhate sont indiciels en or et en cuivre, atteignant 1467 ppb Au et 2058 ppm Cu. Les teneurs en or dans le secteur d’Aghracha sont ponctuelles et ne dépassent pas 1607 ppb. Des teneurs ponctuelles en cuivre atteignant jusqu’à 0,3% ont été mises en évidence dans les amphibolites du secteur de Sebkhat Bouloutad.

    • Recherche générale dans l’Anti-Atlas (RG-SAA)

      Les recherches effectuées dans le cadre du projet de recherche générale RG-MP-SAA, ont porté sur les secteurs de Tizegzaouine et d’Askaoun dans le massif de Sirwa, à environ 90 km au SW de la ville d’Ouarzazate, et sur le secteur de Tichka et de Ouirgane dans le Haut Atlas occidental, à environ 90 km vol d’oiseau au SSW de la ville de Marrakech et dans les formations précambriennes du flanc nord de Jbel Saghro oriental, précisément à une vingtaine de kilomètres au SE de la ville de Boumalne,.

      A Tizgzaouine la superficie cartographiée est de 105 km² avec prélèvement de 398 échantillons à partir des indices du secteur. L’échantillonnage a concerné des structures filoniennes à remplissage de quartz et grauwackes broyés, présentant des extensions de 60 à 250m sur des puissances pouvant atteindre 3m par endroits. Elles sont encaissées généralement dans les grauwackes du protérozoïque moyen avec des directions allant du NE à EW. L’une des structures (ST5) présente des teneurs variant généralement de 0,1 à 1,2 g/t pour l’or, de 10 à 55 g/t pour l’argent et de 0,1 à 5,7% pour le cuivre. Notons également que la majorité des structures présente des teneurs locales indicielles et parfois exceptionnelles en cuivre (cas de la structure ST2 avec un pic de 12,37% Cu). A Askaoun, les recherches ont été entreprises autour de la mine de Zgounder dans le domaine minier de l’ONHYM. Ainsi les travaux ont consisté en un levé géologique au 1/25000, couplé au prélèvement de 259 échantillons, les résultats d’analyses chimiques reçus jusqu’à présent montrent des teneurs indicielles en Au (jusqu’à 326 ppb) correspondant à une structure silicifiée à texture légèrement bréchique. Dans le secteur du massif de Tichka au Haut Atlas occidental, une cartographie a été réalisée au 1/25000 sur une superficie de 29 km² avec prélèvement de 80 échantillons à partir des indices répertoriés dans le périmètre exploré. Les analyses chimiques des échantillons prélevés dans l’indice d’Alebdi, ont montré des teneurs variant entre 0,1 et 7,4g/t en or, de 10 à 595 g/t en argent avec des teneurs exceptionnelles de 1271 et 2144g/t Ag, des teneurs en cuivre pouvant atteindre 1%, en plomb allant de 300 ppm à 6% et en zinc variant de 500 ppm à 8%. A Ouirgane, une superficie de 18 Km² a été couverte par cartographie au 1/25000 et prélèvements de 98 échantillons qui sont en cours d’analyses chimiques. Dans le SE de Boumalne, 100 échantillons ont été prélevés à partir des structures filoniennes encaissées dans les formations du complexe rhyolitiques dit "inférieur” du Saghro constitué de rhyolites, ignimbrites, tufs et brêches.

    • RG Géochimie

      Secteur d’Akka
      Les échantillons alluvionnaires sont prélevés dans les secteurs anomaliques mis en évidence lors de la prospection stratégique. Les travaux de détail sont focalisés surtout dans la zone anomalique d’Imitek qui se situe dans le prolongement du couloir tectonique d’Inlioua-Bou Zarif connu par les indices et gisements aurifères d’Akka. Les premières observations géologiques de la zone anomalique d’Imitek montrent la présence de structures quartzeuses généralement orientées NW-SE, et des zones de failles NW-SE accompagnées de phénomènes de bréchification et de silicification dans les formations carbonatées. Les teneurs en or des concentrés de batée atteignent 18,4 ppm.

  • Métaux de base
    • Mfis (Cu, Co, Pb, Zn)

      Sur le projet polymétallique de Mfis (province d’Errachidia), la zone filonienne, orientée NE et qui s’étale sur plus de 2 km, a fait l’objet d’une reconnaissance par 4 sondages carottés totalisant 421,7m en 2013. En 2014, les travaux de recherche ont été poursuivis par la réalisation de 3 sondages carottés de 401.5 m dans le but de rechercher la continuité latérale et en profondeur des impacts minéralisés recoupés par les sondages réalisés en 2013. Parallèlement, un levé topographique à 1/1000 a été réalisé sur une superficie de 30 ha, ainsi qu’un levé géologique complémentaire à la même échelle.

      Les sondages SM-5 et SM-6 ont été exécutés dans la partie SW du secteur de Mfis et le sondage SM-7 a été exécuté dans la partie NE. Ils ont recoupé plusieurs passages minéralisés avec de la galène et de la blende, disséminées ou dans de petites fissures. La puissance de ces passages ne dépasse pas un mètre. 111 échantillons de demi-carottes ont été prélevés dont les résultats des analyses chimiques ont donné des teneurs ponctuelles qui atteignent 4,7% Pb et 1% Zn sur de faibles puissances ne dépassant pas 40 cm.

    • Anti-Atlas Occidental (Cu)

      Sur le projet Anti-Atlas Occidental (Province de Taroudant), les premiers travaux de contrôles géologique et géophysique des anomalies AFMAG (ZTEM) ont été entamés dans les cibles de Taadant et de Tizoula, par l’établissement d’une reconnaissance géologique au 1/25.000 (34 km²), des profils de résistivité et de polarisation provoquée (9 km) et de lithogéochimie (144 échantillons). Ces travaux ont été complétés par la réalisation de deux sondages carottés totalisant 582,8 m.

      Le secteur de Tizoula se présente sous forme d’un pli anticlinal coïncidant avec le paléorelief résistant PR12 mis en évidence par le levé AFMAG. Une minéralisation cuprifère est présente sous forme de placages de malachite dans les grès et silstones de la série de base, sur le flanc est de l’anticlinal. Les analyses chimiques de quelques échantillons prélevés dans le secteur montre des teneurs qui atteignent respectivement 1,7% Cu, 2,4% Pb, 1,8% Zn et 105 g/t Ag.

      Par ailleurs, le secteur de Taâdant (cible AFMAG PR2) présente lui aussi une structure anticlinale épousant un paléorelief caché mis en évidence par le levé géophysique AFMAG. Les levés géophysiques au sol par résistivité et polarisation provoquée ont montré qu’il s’agit d’un résistant étendu sur 300 m à environ 200 m de profondeur, surmonté par une zone conductrice et polarisable relativement peu profonde (150 m) et qui correspondrait à la série de base potentielle pour la recherche du cuivre.

      Suite aux résultats des levés géophysiques, deux sondages carottés totalisant 582,9 m ont été réalisés. Le premier sondage TD1 d’une longueur de 276,8 m, a recoupé la série de base recherchée avec une zone minéralisée située entre 200,40 m et 202,60 m, à chalcopyrite disséminée et/ou en taches dans des veines de quartz centimétriques encaissées par les grès quartzitiques situés entre le petit calcaire et les conglomérats de base à petits éléments. Les deux sondages sont en cours de sciage et d’échantillonnage.

    • Aghracha (U, REE)

      Sur le projet d’Aghracha (Province d’Awserd), situé à 100 km au NW d’Awserd, la campagne de sondage entamée en 2013 s’est achevée durant le premier semestre 2014 avec la réalisation de 647,30 m de sondages carottés et le prélèvement de 918 échantillons de demi-carottes de sondages. Par ailleurs les travaux d’exploration entamés en 2013 se sont poursuivis dans le secteur d’Awhifrite et ont consisté en une prospection radiométrique (plans compteurs à des mailles de 150m x 150m et 250m x 250m) respectivement sur une superficie de 105 km² et 144 km², accompagnée de levés géologiques au 1/1000 (28 ha) ainsi que le prélèvement de 314 échantillons qui ont confirmé la présence des terres rares légères dans la partie est de la zone des travaux de sondages à des teneurs dépassant 1%. Les premiers résultats d’analyse chimique des sondages ont montré:

      • Pour les calcrêtes (U): les teneurs en uranium varient de 50 à 378 ppm U3O8 sur des puissances variables de 0,4 à 1,5m. Les ressources ont été réestimées à 35 millions de tonnes à 143 ppm U3O8.
      • Pour les pegmatites (REE) : tous les sondages ont traversé les pegmatites épidotisées recherchées et certains ont donné des résultats encourageants. Ils ont recoupé la minéralisation de terres rares à une profondeur inférieure à 50 m et leur échantillonnage a donné des teneurs moyennes en REE variées de 1.3%, 1,5%, 1,9%, 2,6%, 2.8%, 3.0% et 5.6 % sur des puissances respectives de 25m, 15m, 5m, 4,3m, 4m, 3m et 1,3m.
      • Pour les gabbros (Ni-Cr) : une intrusion gabbroïque subaffleurante a été recoupée avec une teneur moyenne de 0,73% Cr+Ni sur une puissance de 11 m.

      D’autres sondages sont en cours d’analyse chimique.

    • Zone Sud (U)

      Dans la Zone Sud (province d’Awserd), les travaux d’exploration pour l’uranium se sont poursuivis dans la région d’Al Faj-Lahjayra Al Beida par la réalisation d’une campagne de géochimie tactique couvrant le secteur de Mzayz Ould En Noum situé à 200 km au SE de Dakhla. Cette campagne a eu pour objectif, la réalisation du détail de géochimies de la zone des anomalies à Ce, Th, Nb et U mises en évidence par la campagne stratégique réalisée en 2010.

      Le contrôle de ces anomalies a démontré qu’elles sont principalement associées aux différents dykes de granite, de pegmatite et aux filons de quartz et de carbonatites. Des échantillons roches prélevés au niveau de ces dykes et filons montrent des teneurs qui atteignent 713 ppm Ce, 48 ppm Th et 71 ppm Nb. Par ailleurs, une campagne de géochimie sol tactique a été réalisée dans le secteur d’Al Faj sur une superficie de 120 km² avec une densité d’échantillonnage de 9 écht./km² dans l’objectif de contrôler et bien cerner les importantes anomalies géochimiques à Ce et uranium mises en évidence par la campagne géochimique stratégique de 2011. L’analyse chimique de 1084 échantillons sol est en cours.

    • Anti-Atlas uranium (U)

      Sur le projet Anti-Atlas Uranium, les travaux de contrôle géologique entamés en 2013 des cibles retenues pour la recherche de l’uranium au niveau de l’Anti-Atlas ont concerné les zones de Skoura et de l’Ougnat, deux cibles favorables liées essentiellement au volcanisme acide du PIII. Les travaux d’exploration de l’uranium se sont poursuivis au cours de cette année pour la cible de l’Ougnat (province d’Errachidia), couvrant une superficie d’environ 5 km² par la réalisation de profils radiométriques totalisant une vingtaine de kilomètres linéaires. La zone avoisinante du douar Ouinou Oufroukh a été reéchantillonnée vue qu’elle avait montré des radioactivités élevées le long d’une zone de faille brêchifiée et silicifiée de direction nord-sud. Des traces de cuivre sous forme de malachite y sont associées. L’échantillonnage effectué sur les faciès radioactifs n’a montré que quelques teneurs très indicielles en uranium ne dépassant pas 50 ppm. Des travaux de télédétection ont aussi été réalisés sur la cible de l’Ougnat par l’établissement de 15 profils kilométriques espacés de 200m avec le prélèvement de 260 échantillons analysés par spectrométrie pour l’identification de minéraux d’altération, mais aucune signature significative n’a été enregistrée.

      Par ailleurs, des travaux de contrôle géologique pour les deux autres cibles de Sidi Ifni et Sirwa ont été réalisés en 2014 et n’ont montré que quelques faciès granitiques dont la radioactivité ne dépasse pas 300 c/s.

    • Iraouène-Mouzaref (Cu, Ni, Fe)

      Sur le projet d’Iraouène-Mouzaref (province de Tinghir), le secteur de Mouzaref a fait l’objet d’une campagne de sondages carottés totalisant 738 m dont 473m ont été réalisés en 2013 et 265,40 m durant le premier semestre 2014. Un levé topographique au 1/1000 a été réalisé sur une superficie de 40 ha et sur lequel tous les sondages ont été reportés. Les sondages ont tous recoupé les structures recherchées. Le sondage SO3 a recoupé une zone minéralisée à malachite et chalcopyrite disséminée entre 68,10 m à 72,20 m et dont l’échantillonnage a donné une teneur moyenne de 1,6% Cu sur 3,8 m de puissance réelle, incluant une passe de 30 cm de puissance à 9,9% Cu. Le sondage SO4 (307.6m) a traversé une zone de brèche entre 245,5 et 290,1m où plusieurs passes centimétriques à pyrite et chalcopyrite ont été identifiées. Une étude géophysique par PP et résistivité a été réalisée et a permis de mettre en évidence à l’Ouest du sondage positif SO3, la présence d’une zone conductrice parallèlement à la structure de Mouzaref, sur une extension de 400 m et un enracinement probable de 65 m.

      Par ailleurs, des travaux géologiques (levés et échantillonnage) ont été poursuivis dans les secteurs d’Innukian, Tijekht et Ras Kemmouna situés respectivement à 5 km au sud et 200 km à l’Est de la région de Mouzaref. L’analyse chimique des échantillons prélevés au niveau de ces secteurs a donné des teneurs encourageantes en fer, cuivre, plomb et zinc réparties comme suit :

      • Tijekht : jusqu’à 59% Fe, 9% Cu, 3,9% Pb et 2% Zn.
      • Innukian : jusqu’à 41% Fe, 2% Zn et 4% Pb.
      • Ras Kemmouna : jusqu’à 6% Cu et 64% Fe.
    • Tiddas (polymétallique)

      Dans le secteur de Tiddas, des travaux d’exploration ont été entamés dans la région de Tafoudait, par l’établissement de cartes géologiques au 1/25000 sur 75 km² couvrant le domaine minier des deux indices minéralisés de Bent Mâamar (Sn-Ta), de Majmâa Salihine (Sb), Tizi Bou Nasseh (Pb, Zn, Ag) et Dhar Ouzzi (Pb, Sb). Au total, 129 échantillons ont été prélevés dont 126 pour analyses chimiques et 3 pour étude minéralogique. Les échantillons prélevés au niveau du secteur de Bent Maamar ont donné des teneurs moyennes de 1% Pb et 0,9% Sb, un échantillon de micro gabbros oxydé a donné des teneurs de 20%Pb et 16% Sb. Les échantillons prélevés au niveau du secteur de Majmaâ Salihine ont donné des teneurs moyennes de 2% Pb et 2% Sb, les teneurs maximales ont atteint 14%Pb et 7%Sb. Dans le secteur de Tizi Bou Nasseh, les résultats des analyses chimiques des échantillons de quartzites gris ont donné des teneurs en plomb pouvant atteindre 14% avec une moyenne de 3% Pb. Les teneurs en antimoine sont de 116 ppm en moyenne avec un maximum de 580 ppm. Pour les 11 échantillons prélevés dans le secteur de Dhar Ouzzi, les résultats des analyses chimiques montrent des teneurs moyennes de l’ordre de 650 ppm Sb et 1% Pb, un échantillon a donné des teneurs de 2% Pb et 8% Sb.

      Par ailleurs, une campagne de géochimie alluvionnaire couplée avec le stream sediment a été réalisée dans la région de Tiddas sur une superficie de 120 Km² pour l’évaluation du potentiel minier de cette zone. 200 échantillons alluvionnaires avec autant en stream sediment ont été prélevés. Les analyses chimiques sont en cours.

    • Imlily (U)

      Sur le projet d’Imlily (Province de Dakhla), situé à une centaine de kilomètres à l’Est de Dakhla, une campagne de 26 sondages carottés courts totalisant 497,40m a été réalisée avec des longueurs variables de 13 à 40 m. Tous les sondages ont recoupé le niveau de microconglomérat silicifié à des profondeurs variant entre 9 et 14 mètres, sur une puissance variant entre 10 cm et 1.20 m et avec une radioactivité entre 150 et 200 c/s. Le niveau de microconglomérat montre un pendage moyen vers le SE.

      En parallèle, la prospection radiométrique a été poursuivie au Sud de la zone des travaux de sondages et montre la continuité vers le SW du conglomérat silicifié radioactif (jusqu’à 1500 c/s). 48 échantillons lithogéochimiques y ont été prélevés dont les analyses chimiques sont en cours.

    • Hassi Bou Al Maamra (Fe)

      Sur le projet Hassi Bou Al Mâamra (Provinces de Tan Tan et Assa Zag), situé à une centaine de kilomètres au SE de la ville de Tan-Tan, les travaux géologiques se sont poursuivis pour la recherche du fer dans les formations dévoniennes et ordoviciennes. Les travaux réalisés en 2014 ont consisté en cartographie géologique au 1/25000 sur une superficie de 77 km² avec le prélèvement de 283 échantillons pour analyses chimiques. Les premiers résultats des analyses chimiques montrent des teneurs en fer pouvant atteindre 26% de fer dans les grès ferrugineux rougeâtres et dans des calcaires gréseux à stratifications entrecroisées.

      A la lumière des résultats de la campagne géochimique effectuée dans la région, un contrôle au scintillomètre des anomalies géochimiques à cérium a été effectué, la radioactivité mesurée in situ est en moyenne de l’ordre de 150 c/s, certains points ont affiché une radioactivité pouvant atteindre 210 c/s. Les analyses chimiques des 78 échantillons correspondants sont en cours.

  • Recherche générale (Métaux de base)

    Dans le cadre de la recherche générale, les travaux d’exploration se sont poursuivis dans la région des Zaër (province de Khémissat) pour la recherche des métaux de base et sont entamés dans les régions de Dayat Hamada et d’Aguidir (province de Laâyoune) pour la recherche de l’uranium ainsi que dans le Haut Atlas central par la réalisation d’une campagne de géochimie.

    Pour le secteur des Zaër des cartes géologiques à 1/15 000 ont été établies sur 48 km² couvrant les trois indices d’El Kiar-Feddane (Cu, Fe), de Cameron (W) et de Rhouirat N’has (Cu, U, Sn). Des levés géologiques de détail ont été réalisés sur 48 ha avec le prélèvement de 181 échantillons dont l’analyse chimique a montré des teneurs encourageantes en cuivre allant jusqu’à 2,8% à El Kiar et 4,1% à Rhouiret Nhas. Ce dernier secteur a montré également la présence d’une minéralisation filonienne polymétallique composée en plus du cuivre, de zinc, étain, or, argent natif, et uranium qui ont affiché des teneurs atteignant respectivement 6,5% Zn, 1700ppm Sn, 1,4g/t Au, 602 g/t Ag et 384 U3O8. Un contrôle de ces teneurs anomaliques a été réalisé à la fois par un reéchantillonnage et par la réalisation de deux tranchées de reconnaissance qui ont montré d’une part, une zone minéralisée de 200 m d’extension avec une puissance qui peut atteindre 4 m au centre du filon, et d’autre part, l’aspect discontinu du filon.

    Pour le bassin de Laâyoune-Tarfaya, le contrôle géologique des anomalies radiométriques aéroportées du PNCG a été entamé par la réalisation de plans compteurs (à maille de 1000m x 200 m) sur 6,2 km² qui couvrent 6 anomalies à uranium (U21 à U26) situées sur les feuilles topographiques de Khachbiyine et d’As-Saquia Al Hamra. Egalement, une cartographie géologique au 1/25000 a été réalisée sur une superficie de 20 km², avec le prélèvement de 147 échantillons. Ces travaux ont permis de mettre en évidence de fortes radioactivités comprises entre 2000 et 5000 c/s qui sont liées à des microconglomérats noirs polygéniques probablement d’âge Crétacé-tertiaire et des calcrêtes à carnotite du Quaternaire. Les premiers résultats d’analyses chimiques montrent des teneurs en uranium comprises entre 50 et 233 ppm dans le secteur d’Agwidir. D’autres analyses chimiques (65 échantillons) sont en cours.

    Dans le secteur du Haut-Atlas central, une campagne de géochimie alluvionnaire couplée avec le stream sediment a été menée dans la région d’Imilchil sur une superficie de 130 Km2 pour l’évaluation du potentiel minier de cette zone. 197 échantillons alluvionnaires avec autant en stream sediment ont été prélevés. Les analyses chimiques sont en cours.

  • Roches et minéraux industriels
    • Ras Tarf (Diatomite)

      Dans le secteur de Ras Tarf (province de Driouech) situé à 70 km à l’ouest de Nador, six niveaux de diatomite blanchâtre de puissances variables de 1 à 4 m sont localisés dans le secteur de Tighza. Ces niveaux ont été suivis du nord au sud sur une extension de 2,5 km. Les niveaux de diatomite disparaissent progressivement et laissent place à une sédimentation marno-sableuse riche en bioclastes. La diatomite se retrouve également en niveaux millimétriques en alternance avec des marnes. Les résultats d’analyse chimiques montrent des teneurs qui atteignent 77,4% SiO2. Ces différents niveaux de diatomite ont fait l’objet de levés géologiques, de coupes topo-géologiques et d’échantillonnage avec le prélèvement de 97 échantillons dont 51 échantillons pour analyse chimique et 46 pour la détermination de la densité.

      Pour chercher les extensions latérales des niveaux de diatomite, un levé géophysique par gravimétrie et magnétométrie a été réalisé et dont les résultats montrent la présence d’anomalies gravimétriques négatives de direction NS qui indiqueraient la présence de diatomite. Le levé magnétique a permis de déceler la présence d’une zone magnétique qui serait due vraisemblablement au volcanisme de Ras Tarf.

      Par la suite, 5 sondages carottés totalisant 242,8 m ont été réalisés et échantillonnés avec prélèvement de 62 échantillons. Les résultats des mesures de densité montrent qu’elle varie de 0,36 à 0,86 et les analyses chimique sont en cours.

    • Khemis (magnésite)

      Dans le secteur de Khemis (province de Chefchaouene), la prospection géologique a été entamée. Des coupes géologiques détaillées avec échantillonnage (19 échantillons) sont réalisées. Ces travaux ont permis d’identifier la continuité des niveaux minéralisés en magnésite. Les analyses chimiques montrent des teneurs qui atteignent 47% MgO.

      Ce projet fait actuellement l’objet de négociations avec la société espagnole Monte Olimpo pour sa cession avec le gisement de Boudkek.

    • Rhamna (Silice électrométallurgique)

      Dans le secteur de Rehamna (Province d’El Kelaa Des Sraghna), les travaux pour la recherche de la silice électrométallurgie réalisés en 2013 dans la région de Jbel Ouzrone situé à environ 7 km au Nord-ouest de Ben Guerir, montrent des teneurs en silice variant de 91,59% à 99,89% avec une moyenne de 95,34%.

      Au cours de 2014, des travaux de cartographie géologique et d’échantillonnage dans le secteur situé au nord de Skhour Rehamna ont été réalisés avec le prélèvement de 194 échantillons dont l’analyse chimique est en cours.

  • Recherche stratégique
    • Géophysique

      La campagne géophysique aéroportée AFMAG réalisée en 2012 dans l’Anti Atlas Occidental, a mis en évidence plus d’une vingtaine de cibles pouvant correspondre à des paléo-reliefs potentiels pour la présence de minéralisation cuprifère sous la couverture adoudounienne.

      Au cours de 2014, des travaux de cartographie géologique et d’échantillonnage dans le secteur situé au nord de Skhour Rehamna ont été réalisés avec le prélèvement de 194 échantillons dont l’analyse chimique est en cours.

      Dans le but de mieux localiser le haut fond et évaluer la possibilité d’existence de la série de base porteuse de la minéralisation cuprifère, un levé géophysique au sol par PP/résistivité a été réalisé sur la cible PR2, située à Taadant près de la boutonnière de Tatawt. Le levé a été réalisé suivant trois profils totalisant 6 km linéaires. Les résultats de ce levé ont permis de localiser un résistant étendu sur 300 m à environ 200 m de profondeur sous la couverture ainsi qu’une zone conductrice et polarisable relativement peu profonde (150 m) et qui pourrait être due à la série de base potentielle pour la présence de minéralisation cuprifère. Cette couche conductrice est mise en évidence sur les trois profils avec des degrés de chargeabilité variables.

      A base de ces résultats, deux forages verticaux totalisants 582,9m ont été réalisés au cours du 4ème trimestre 2014 et ont recoupé la série de base recherchée avec une minéralisation à chacopyrite disséminée dans le 1er sondage.

      Un projet par prestation externe a été lancé pour la :

      • Réinterprétation et synthèse de toutes les données géoscientifiques disponibles sur la zone concernée.
      • Sélection des cibles potentielles pour l’exploration du cuivre et autres minéralisations et établissement d’un programme de recherche pour chacune des cibles.
      • Réalisation de levés géophysiques de détail au sol sur trois cibles prioritaires choisies en concertation avec l’ONHYM
      • Recommandations et proposition de travaux complémentaires.
    • Géochimie

      A l’image des deux campagnes réalisées en 2006-2007 et 2009-2010 dans la province d’Awserd, et pour compléter les zones non couvertes par la géochimie stratégique, une troisième campagne (sol et alluvionnaire) a été lancée par prestation externe en mars 2014 dans la même province, sur une superficie de 3100 km², pour le prélèvement de 6200 échantillons sol et 620 échantillons alluvionnaires. Les travaux de la première phase relatifs à l’échantillonnage sur le terrain sont terminés fin juin. Les travaux d’analyses chimiques et minéralogiques relatifs à la phase 2 sont en cours.

    • Géothermie

      A la lumière de la synthèse réalisée en 2011 sur les ressources marocaines en énergie géothermique, l’ONHYM a lancé à partir de 2012 des travaux pour étudier les potentialités géothermiques du Maroc et les possibilités de l’utilisation de cette ressource, notamment dans les domaines du chauffage domestique, d'horticulture, du chauffage des serres et de la pisciculture.

    • Projet intégré d’exploration minière dans l’Oriental

      Le projet intégré d’exploration minière dans l’oriental est en cours de réalisation par prestation externe et a pour objectif de circonscrire des cibles potentielles pour l’exploration minière, surtout pour les minéralisations de type MVT (Pb, Zn).

      La phase I qui consiste en la réalisation d’une synthèse, l’interprétation des données et la sélection des cibles a été achevée, le rapport est en cours d’analyse avant de passer à la phase II qui débutera en février 2015 pour la promotion et la réalisation du programme détaillé sur trois cibles en concertation avec l’ONHYM.

Travaux de l’exploration minière durant l’année 2014

img